• Désigné meilleur joueur du championnat, à la fois par ses pairs et par le jury des Premiership Rugby Awards, Danny Cipriani, ici ballon en main, parviendra-t-il à peser sur le sort de la demi-finale face aux ogres des Saracens ?
    Désigné meilleur joueur du championnat, à la fois par ses pairs et par le jury des Premiership Rugby Awards, Danny Cipriani, ici ballon en main, parviendra-t-il à peser sur le sort de la demi-finale face aux ogres des Saracens ? Icon Sport - Icon Sport
Publié le / Modifié le
Premiership

Chronique d’une finale annoncée chez les Anglais

Exeter - Northampton et Saracens - Gloucester sont les affiches du dernier carré. Les deux favoris vont-ils se retrouver en finale ? Tout le monde le pense avec la perspective du doublé pour les Saracens.

Les Anglais aiment se flatter d’avoir un championnat très serré. C’est vrai, tous les matchs de la saison régulière avaient un enjeu. Mais en fait, le Premiership est surtout serré pour dix équipes sur douze tant Exeter et les Saracens ont dominé la saison. Les deux sont aux commandes depuis septembre. Exeter a commencé par huit victoires consécutives, les Saracens avaient poussé la série jusqu’à neuf. Leur qualification n’a pas jamais fait le moindre doute. Et tout le monde s’attend à les revoir en finale, comme l’an passé et comme en 2016.

En fait, la vraie surprise de ce championnat est venue de Gloucester, brillant troisième, loin devant les autres : une petite surprise pour un club absent des phases finales depuis huit ans. Mais le club de l’Ouest a toujours été un bastion très soutenu par son public et il a réussi le meilleur coup du dernier recrutement estival. Danny Cipriani a stimulé le jeu offensif de cette équipe et l’ouvreur international vient d’être sacré "meilleur joueur du championnat" à la fois par l’association des joueurs et directement par Rugby Premiership : un doublé personnel très rare.

Saracens : premier double doublé ?

Sera-t-il capable demain de terrasser chez eux les Saracens, champions d’Europe ? On a quand même du mal à le croire tant on est sous le choc de la finale européenne. Les Saracens semblent trop puissants, trop bien organisés, trop implacables en défense pour se faire surprendre sur leur pelouse. Mark McCall avait quand même un problème à gérer, à savoir le degré de forme de ses deux piliers, Mako Vunipola et Titi Lamositele, contraints de sortir au bout d’une demi-heure à Newcastle. L’Anglais et l’États-Unien n’ont pas joué en championnat samedi dernier bien sûr… Mais quand on voit ce qu’ont produit leurs remplaçants Richard Barrington et Vincent Koch face au Leinster… Les Saracens auront l’ambition de réussir un nouveau doublé après celui de 2016. Aucun autre club n’a réussi plus d’un doublé dans son histoire, ni Toulouse, ni Leicester, ni le Leinster.

Exeter, net favori

Exeter aussi sera très largement favori face à Northampton. Hasard du calendrier, les deux équipes se sont déjà affrontées samedi dernier et les Chiefs ont survolé la rencontre : 40 à 21 alors que Northampton était censé jouer le coup à fond pour assurer sa quatrième place face aux Harlequins. Rien de bien engageant pour les Saints, malgré leurs individualités brillantes (lire aussi en page 24). Mais Rob Baxter a su bâtir un collectif si solide avec une mêlée dévastatrice (cinq piliers internationaux, trois Anglais, un Gallois, un écossais). On se souvient aussi de la demi-finale 2018 face à Newcastle quand Exeter avait battu un record : 92 % de possession en première mi-temps. Les joueurs d’Exeter, éliminés en poule de Champions Cup sont également censés être plus frais physiquement… Et quand on a des Nowell, Slade ou Cuthbert pour utiliser les ballons du pack, on se doute que les Chiefs seront très durs à prendre devant leur public. On observera le retour de Sam Simmonds, ce numéro 8 international qui s’est blessé gravement en novembre. En fera-t-il assez pour convaincre Eddie Jones de l’amener au Japon ?

Réagir