• Premiership - Nick Tompkins (Saracens)
    Premiership - Nick Tompkins (Saracens) Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Premiership

Saracens : le grand réservoir

Barrit incertain, deux piliers blessés... pas grave, les Londoniens débordent de richesse.

Les Saracens semblent euphoriques. Mais ils ont quand même leurs petits soucis. Ils seront privés de Mako Vunipola, le pilier gauche (adducteurs), mais aussi de Titi Lamositele, droitier méconnu et touché à une cheville. Mark McCall était aussi préoccupé par le cas Brad Barritt, touché aux adducteurs et obligé de sortir après vingt-sept minutes en demi-finale. Le capitaine des Londoniens a encore une chance de jouer et fera un test dans les heures qui précèdent le coup d’envoi. Le centre international (26 capes) est très important par sa fonction, évidemment, par sa puissance à l’impact et surtout par son intransigeance en défense.

Tompkins, on le sent chaud

À 32 ans, il est aussi plus près de la fin que du début et l’on comprend que McCall ait envie de faire vivre un dernier triomphe à ce joueur iconique. Barritt est un joueur hors du commun dans la psyché des Saracens.

Mais toute cette affaire dit quelque chose de la profondeur du réservoir des Sarries et de la cohérence de leur effectif. Au niveau des piliers, Vincent Koch, le Sud-Africain droitier, et le boute-en-train Richard Barrington ont tout de suite prouvé qu’ils étaient au niveau. Ce dernier n’a jamais été sélectionné à quelque nveau que ce soit et les Saracens sont allés le chercher en deuxième division, à Jersey.

Au niveau des centres, celui qui a remplacé Barritt en demi-finale, Nick Tompkins, s’est signalé en réussissant tout de suite un triplé. Ce jeune centre est un pur produit du club, passé par toutes les sélections de jeunes évidemment. On l’a senti chaud comme la braise ces dernières semaines et les Saracens aiment bien rappeler qu’ils proposent des feuilles de match avec pas mal de talents formés au sein de leur académie, pour contrer ceux qui les attaquent sur les histoires de plafond salarial.

Voir les commentaires
Réagir