• Mathieu Bastareaud fait parti des bannis de la liste de Brunel tout comme Maestri ou encore Parra
    Mathieu Bastareaud fait parti des bannis de la liste de Brunel tout comme Maestri ou encore Parra Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
XV de France

Les bannis de Brunel

Yoann Maestri n’est évidemment pas le seul grand déçu de la liste de Jacques Brunel...

Depuis sa prise de fonctions en janvier 2018, Jacques Brunel a sélectionné 61 joueurs. Parmi ceux-là, 29 n’ont pas suffisamment convaincu le sélectionneur national au moment de coucher les noms des 31 élus pour le Mondial japonais. Dans le lot des inconsolables, il y a d’abord les furtifs, trop peu de fois sélectionnés chez les Bleus par le Gersois pour avoir eu l’audace d’y croire, ne serait-ce qu’un instant : Virimi Vakatawa (2), Henry Chavancy (1), Cyril Baille (3), Eddy Ben Arous (1), Judicaël Cancoriet (1), François Trinh-Duc (3), Jules Plisson (3), Alexandre Lapandry (3), Lionel Beauxis (2), Pierre Bourgarit (2), Mathieu Jalibert (1), Kelian Galletier (5), Baptiste Couilloud (3) ou Hugo Bonneval (2) font tous partie de ce contingent. Et puis, il y a ceux qui pensaient en être et ont reçu une claque immense, lors de l’appel du 18 juin…

Fall, "Basta" et Parra ont les boules…

On a largement parlé de Yoann Maestri, évalué 6 fois par l’ancien sélectionneur italien et finalement recalé. De son côté, Mathieu Bastareaud, appelé 12 fois par Brunel et même promu vice-capitaine lors du dernier Tournoi, a dû revoir son plan de carrière : jugé peu adapté au très haut niveau, l’ancien trois-quarts centre de Toulon a laissé les athlétiques Fickou, Fofana ou Guitoune remporter la mise. Morgan Parra, capé 5 fois depuis janvier 2018, paye certainement un coup de gueule survenu l’hiver dernier, au crépuscule du naufrage face au XV de la Rose, à Twickenham. Que reproche-t-on à Teddy Thomas, appelé 8 fois en équipe de France depuis le licenciement de Guy Novès ? Un côté bohème et insoumis trop prononcé, une défense hésitante, une part d’ombre tout aussi importante que sa part de lumière. Quant à Uini Atonio, apparu 4 fois sous le maillot bleu, il souffre probablement du même mal que Mathieu Bastareaud, soit une incapacité chronique à survivre à une séquence excédant cinq temps de jeu à pleine vitesse. Benjamin Fall ? Sacrifié sur l’autel d’une supposée fragilité, ne claquera pas une neuvième apparition sous Brunel. Enfin, Cedate Gomes-Sa, bien qu’aperçu neuf fois depuis l’avènement du Gersois, n’a pas été jugé suffisamment fort sur la fin de saison du Racing 92 pour être appelé chez les Bleus. A priori, rien d’illogique…

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir