Publié le / Modifié le
Top 14

Éloge de la stabilité

Arrières

Auteur d’un retour fracassant après une nouvelle blessure l’année dernière, Geoffrey Palis aura à cœur de réaliser une saison pleine. Julien Dumora, étincelant sur le chemin qui conduisit le CO au Brennus il y a deux ans sera aussi en reconquête après une saison en dedans. Armand Batlle a prouvé qu’il pouvait aussi tout à fait tenir le poste avec brio. Le jeune Clément Clavières, 18 ans, sera à l’affût d’une opportunité.

Ailiers

Avec le départ pour Narbonne de David Smith et l’absence de Taylor Paris pendant le Mondial, l’horizon est dégagé pour Martin Laveau et Armand Batlle, deux valeurs sûres du triangle arrière castrais. Après la Coupe du monde, la recrue Filipo Nakosi viendra certainement perturber la hiérarchie en place, sachant que le Fidjien peut aussi jouer au poste de second centre comme il l’a fait avec ses anciens clubs, Agen et Toulon. Le CO pourra aussi compter sur le polyvalent Benjamin Lapeyre, récemment recruté en qualité de joker Coupe du monde. Opéré à deux reprises à un poignet, Julien Caminati manquera le début de la préparation. Enfin le jeune Zani Dembélé sera intégré dans un premier temps à l’effectif.

Centres

Aucun départ à ce poste : le CO pourra compter sur son quatuor de la saison dernière composé par des joueurs aussi différents que complémentaires : Yann David, Thomas Combezou, Florian Vialelle et Robert Ebersohn. L’entraîneur des trois-quarts Stéphane Prosper aura donc une multitudes d’options à sa disposition, sans compter sur celle qu’offrira le puissant Filipo Nakosi à son retour après le Mondial. Le jeune Lucas Tharin complète cette ligne.

Ouvreurs

Un être vous manque et la terre vous semble dépeuplée… Si Benjamin Urdapilleta venait à réaliser son rêve de Coupe du monde avec les Pumas, le CO devra se priver de son maître à jouer pendant de longs mois, d’autant que Yohan Le Bourhis a fait ses valises pour Oyonnax. De fait, le polyvalent Julien Dumora pourra prendre la barre, comme il l’a toujours fait par le passé. À moins que ce dernier ne reste que la doublure du seul spécialiste restant au poste, la recrue Thomas Fortunel de Montauban. Le jeune Pierre Tatre s’entraînera avec le groupe pro.

Demi de mêlée

Voilà un autre poste qui n’a que très peu changé. Yohan Domenech parti à Rouen, il a été remplacé par deux jeunes qui se disputeront la place de numéro trois : Jérémy Fernandez, 22 ans et au club depuis 10 ans, et Bastien Bourgier, 20 ans, arrivé de Toulouse. Devant ces jeunes, les tauliers au poste se nomment Rory Kockott et Ludovic Radosavljevic. Comme ils le font depuis deux saisons, les deux hommes vont se partager le temps de jeu au poste.

Numéros 8

En l’absence de Ma’ama Vaipulu qui devrait, sauf imprévu, disputer le Mondial avec le Tonga, Alex Tulou devrait apporter sa puissance. Derrière le Samoan, on pourra regretter un certain manque de spécialistes au poste pendant le Mondial. Des joueurs comme Camille Gérondeau, Anthony Jelonch ou Mathieu Babillot l’ont déja occupé par le passé, tout comme le très polyvalent tonguien Steve Mafi, qui joue du 4 au 8.

Troisième ligne aile

L’emblématique Yannick Caballero étant aujourd’hui un retraité heureux qui songe à jouer en amateur avec ses frères dans son village natal de Sor-Agout, le CO pourra toujours compter sur celui qui fut son capitaine l’année dernière, Mathieu Babillot. Très utilisé l’année dernière, l’international devra encore une fois apporter son leadership pour guider le groupe vers les sommets. De l’autre côté, on trouvera certainement le puissant Anthony Jelonch ou l’opiniâtre Baptiste Delaporte. Auteur d’un bon début de saison l’année dernière, Camille Gérondeau aura pour objectif de signer une saison plus aboutie tout comme le troisième ligne Kevin Gimeno qui fut longtemps handicapé par les blessures. Le jeune Dorian Clerc, 21 ans vivra sa cinquième saison au CO au contact des pros.

Deuxième ligne

Voilà un poste qui va connaître des changements. Thibault Lassalle est parti pour Oyonnax, et Steve Mafi manquera le début de la saison en raison du Mondial. De la même façon que Loïc Jacquet, qui s’est fait récemment opéré d’une hernie cervicale et qui manquera les trois premiers mois de la saison. En revanche, le CO pourra compter sur le retour en force de sa figure de proue Rodrigo Capo Ortega qui a enfin retrouvé le chemin de l’entraînement après une saison quasiment blanche. Il s’appuiera aussi sur Christophe Samson, qui a décidé de repousser sa retraite en s’engageant en qualité de joker Coupe du monde. Ces hommes seront renforcés par l’arrivée du prometteur Hans Nkinsi de Grenoble. Peu utilisé ces dernières saisons, Victor Moreaux fera valoir ses qualités de puissance au nouveau staff pour augmenter son temps de jeu.

Piliers

Là encore, de la continuité et toujours autant de choix. Le nouveau staff changera-t-il la hiérarchie en place ? L’avenir nous le dira. À gauche, Antoine Tichit fait toujours figure de leader, même si Tudor Stroe a souvent brillé la saison dernière lors de ses entrées en jeu. Derrière, Tapu Falatea devra s’imposer dans la rotation. À droite, Wilfrid Hounkpatin s’était révélé la saison dernière, au profit de Danie Kotze. Le pilier tricolore, valeur sûre du Top 14 toutefois terminer sa convalescence avant toute autre chose. Paea Fa’anunu retenu avec le Tonga pour le Mondial, le CO pourra compter sur le robuste Marc Clerc, un habitué du Top 14 ainsi que sur le revenant Karena Wihongi avec qui le CO a été sacré champion de France. Castres a également recruté l’international canadien de Pau, le droitier Matt Tierney. Peu utilisé par la Section la saison dernière (80 minutes de Top 14), il devra faire ses preuves. La confrérie des piliers sera complétée par le jeune Wayan de Benedittis, 20 ans, qui fait déjà montre d’une maturité impressionnante pour son jeune âge.

Talonneurs

Le CO est toujours aussi bien équipé à ce poste avec pas moins de trois valeurs sûres du Top 14 : Jody Jenneker, Marc-Antoine Rallier et Kevin Firmin. Trois talonneurs aux profils différents qui seront précieux selon les conditions et l’adversaire. Après ses débuts professionnels la saison dernière, le jeune Paul Sauzaret, 22 ans, tentera encore de gagner de l’expérience et du temps de jeu au contact de l’équipe première.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir