• La nouvelle trouvaille Herschel Jantjies a, une nouvelle fois, été très bon et a donné rendez-vous aux Blacks pour septembre.
    La nouvelle trouvaille Herschel Jantjies a, une nouvelle fois, été très bon et a donné rendez-vous aux Blacks pour septembre. PA Images / Icon Sport / PA Images / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Rugby Championship

Rendez-vous à Yokohama le 21 septembre

En décrochant le nul au terme d’un match qui a laissé augurer des tendances à attendre de la prochaine Coupe du monde, les sud-africains ont pris un ascendant psychologique sur les blacks, dans l’optique de leurs retrouvailles au Japon le 21 septembre.

Il lui a suffi d’un rien. D’un brin de couloir, d’un semblant de décalage permis par une montée suicidaire de Mo’unga, pour déposer l’avant-dernier défenseur et provoquer le coup gagnant d’un antédiluvien coup de pied de recentrage, digne hommage aux quatre-vingt-dix-huit années d’affrontement entre Néo-Zélandais et Sud-Africains. Sur sa première occasion, en première période ? Kolbe avait eu la "mauvaise" idée d’utiliser un coup de pied rasant pour trouver son demi de mêlée De Klerk, trop facilement intercepté par Barrett. Une leçon parfaitement retenue puisqu’à la 79e, c’est une frappe lobée que privilégia l’ailier toulousain. Au risque de permettre un arrêt de volée à Aaron Smith ? Certes. Mais surtout de quoi provoquer l’erreur du demi de mêlée transformée en essai sous la pression de son vis-à-vis Herschel Jantjies, remplaçant endossant l’habit du sauveur, malgré le zèle de l’arbitrage vidéo à chercher un éventuel en-avant… "Sur le moment, j’étais si excité que je n’ai pensé à rien d’autre qu’à aplatir le plus vit possible", confiait, après coup, la révélation des Boks, déjà auteur d’un doublé la semaine dernière. "J’en ai oublié de me rapprocher des poteaux… Heureusement, Handré Pollard a eu les nerfs pour assurer la transformation. Sinon, je m’en serais terriblement voulu."

Froideur et confiance

Voilà comment l’Afrique du Sud décrocha sur la sirène le quatrième match nul de l’histoire entre les deux nations, le premier de l’ère professionnelle. Un partage des points évidemment synonyme de victoire morale pour ces Boks, déjà vainqueurs à Wellington l’an dernier (36-34), qui avaient ostensiblement ciblé ce match dans l’optique de marquer des points précieux en vue des retrouvailles entre les deux équipes, le 21 septembre à Yokohama…

Car oui, il s’agissait bien de ça, et rien d’autre que ça. De quoi accoucher d’un match unanimement engagé sur le plan physique, farouche dans les rucks et impitoyable dans les montées défensives, tout en demeurant particulièrement pointu sur le plan stratégique. "Les joueurs ont incroyablement bien respecté le plan que nous avions élaboré, sans céder à la panique malgré l’essai des Blacks juste avant la mi-temps, appréciait Erasmus. Même si nous avons couru après le score en deuxième période, j’ai trouvé mon équipe extrêmement mature car ce n’était pas évident de rester froid et lucide dans ce contexte."

Car si, pour être honnête, le plan de bousculer les Blacks dans les rucks n’a pas porté tous ses fruits (les gratteurs Marx, Vermeulen ou Smith ayant été ciblés par les Néo-Zélandais autant que par l’arbitre), les Springboks ont en effet bel et bien remporté le bras de fer qu’ils imposèrent en conquête (où ils prirent largement le dessus en deuxième période), sur la ligne d’avantage (au point d’avoir même "éliminé" Retallick sur un déblayage très limite de Snyman) ainsi que dans le combat stratégique auquel la doublette Mo’unga-Barrett ne parvint jamais à trouver de solutions, étouffés par la pression défensive sud-africaine à la retombée des coups de pied dans la boîte de Klerk.

De quoi augurer du meilleur, dans l’optique du 99e affrontement de l’histoire entre les deux nations, qui se tiendra du côté de Yokohama ? À l’évidence. Car dans une Coupe du monde dont on doute de moins en moins qu’elle fasse la part belle aux équipes les plus denses sur la ligne d’avantage et les plus efficaces défensivement, nul doute que l’Afrique du Sud aura une superbe carte à jouer…

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir