• Arthur Retiere (La Rochelle)
    Arthur Retiere (La Rochelle) Icon Sport - Icon Sport
Publié le / Modifié le
Saga La Rochelle

Ligne par ligne : La continuité avant tout !

Arrières > Si Kini Murimurivalu est le titulaire habituel à ce poste, le Fidjien a souvent été blessé la saison dernière. Vincent Rattez, également très bon à l’aile, a profité des pépins physiques de son coéquipier pour s’imposer à ce poste et a réalisé une fin de saison phénoménale, le propulsant même avec les réservistes du XV de France.

Ailiers > Arthur Retière paraît intouchable sur son aile. Bien remis de sa rupture des ligaments croisés à un genou, le virevoltant ailier de poche a réalisé une fin de saison remarquée, à seulement 22 ans. De l’autre côté, l’incertitude plane. Quid de Gabriel Lacroix, blessé et absent depuis plus d’un an et demi ? L’expérimenté Marc Andreu pourrait avoir son mot à dire à son retour de blessure d’ici 6 à 8 semaines. La solution pourrait donc venir de la jeunesse avec Tevita Railevu, Valentin Tirefort ou encore Pierre Boudehent, ancien international moins de 20 ans qui n’a joué qu’un seul petit match de Top 14 la saison dernière après avoir connu six titularisations en 2017-2018 pour quatre essais inscrits.

Centres > Geoffrey Doumayrou a de grandes chances de partir à la Coupe du monde avec le XV de France. Titulaire indiscutable au poste de premier centre, il a réalisé une belle fin de saison. Sa sortie sur blessure en demi-finale coûte d’ailleurs cher à son équipe. En son absence, l’expérimenté Pierre Aguillon devrait prendre le relais. Puissant, intelligent et fin plaqueur, l’ancien joueur d’Oyonnax pourrait entourer la jeunesse avec Jules Favre (20 ans) et Brieuc Plessis Couillaud (25 ans). Si le premier avait les louanges de l’ancien entraîneur des trois-quarts Xavier Garbajosa, le second n’a pas encore réussi à s’imposer. Il ne faut pas oublier Jérémy Sinzelle, qui semble enfin avoir trouvé un poste stable. Le couteau suisse de l’effectif rochelais a terminé la saison comme centre et a porté satisfaction. Enfin, Levani Botia reste l’une des grosses incertitudes de la saison. Son choix de revenir à son poste d’origine (il avait été repositionné avec succès en troisième ligne) lui a fait perdre sa place de titulaire. À lui de retrouver son niveau d’il y a quelques saisons.

Ouvreurs > Après une première saison remarquable, Ihaia West partira comme le numéro 1 du poste cette année. Le Néo-Zélandais, ancienne doublure de Beauden Barrett avec les Hurricanes, s’est parfaitement adapté au jeu rochelais pour figurer comme l’un des ouvreurs les plus réguliers du championnat. Derrière lui, ce sont les antipodes. D’un côté, le retour de Brock James après une saison du côté de Bordeaux-Bègles. De l’autre, la jeunesse de Maxime Lafage (24 ans). Le premier aura pour mission d’encadrer durant une saison ses deux coéquipiers avant de rejoindre le staff. Le second devra s’affirmer et avoir du temps de jeu pour montrer sa réelle plus-value.

Demis de mêlée > Pour sa troisième année en France, le All Black double champion du monde Tawera Kerr-Barlow partira comme le titulaire indiscutable au poste. Après des débuts difficiles, il a pris ses marques et a montré la saison dernière toute l’étendue de son talent. Alexi Bales se doit une revanche à lui-même. Et à ses supporters. À l’issue de l’édition 2016-2017 où il était le joueur du Stade rochelais avec le plus d’étoiles Midi Olympique dans la saison, l’ancien Agenais est passé complètement à côté, perdant sa place de titulaire et parfois même sur le banc. Au profit d’une bonne préparation, le demi de mêlée devrait refaire rapidement parler de lui. On lui souhaite car derrière, la jeunesse tape à la porte avec Thomas Berjon et Jean-Victor Goillot, deux joueurs Espoirs qui sont déjà apparus au cours de la saison dernière.

Numéros 8 > Il serait idiot de les mettre en concurrence, tant les deux joueurs sont complémentaires et sont des titulaires indiscutables dans la troisième ligne rochelaise. Victor Vito ne se présente plus. Double champion du monde all black, meilleur joueur de la saison 2016-2017, il sort toutefois d’un exercice plus compliqué. Blessé à l’épaule dans la deuxième partie de championnat, il n’a pas réussi à revenir à son meilleur niveau et son équipe a cruellement manqué de son expérience, notamment en demi-finale. Chapeau bas à Grégory Aldritt, révélation de la saison dernière côté rochelais. À seulement 22 ans, il s’est imposé comme l’une des références à son poste en France, lui ouvrant les portes du XV de France. Il devrait d’ailleurs partir au Japon pour la Coupe du monde. Capable d’évoluer également en troisième ligne aile lorsque Vito est là, l’ancien joueur d’Auch doit maintenant confirmer.

Troisième ligne aile > Les regards seront cette année fixés sur Lopeti Timani. L’international australien a connu une saison blanche et revient d’une grave blessure au genou. Il pourrait être la grande satisfaction du pack rochelais cette saison, en troisième ou deuxième ligne. Rémi Bourdeau a également été freiné en pleine ascension après des débuts prometteurs. Son retour est attendu. Kevin Gourdon, capitaine lors du premier match de préparation est revenu à son meilleur niveau après un spleen et un ras-le-bol du rugby. L’ancien Montpelliérain Wiaan Liebenberg a rendu de bons et loyaux services aux Jaune et Noir la saison dernière et devrait une nouvelle fois entrer dans la rotation, tout comme Zeno Kieft, plaqueur infatigable toujours utile.

Deuxième ligne > La Rochelle n’a pas (encore) annoncé de recrue en deuxième ligne. Romain Sazy est le capitaine courage de l’équipage rochelais. Il faudra surveiller le retour du vieux briscard Jone Qovu, enfin rétabli à 100 % de ses problèmes physiques. Thomas Jolmes est désormais plus qu’une bonne promesse. Indispensable en touche et adroit ballon en main, il devrait poursuivre sa progression, tout comme Mathieu Tanguy, qui entame sa 6e saison en professionnel à encore 23 ans. Thomas Lavault, joueur le plus utilisé avec les moins de 20 ans lors du sacre en France il y a un an pourrait avoir sa chance. Même chose pour César Baudin et Rémi Leroux.

Piliers > Sans doute déçu de ne pas faire partie du groupe pour la Coupe du monde au profit de joueurs plus "mobiles" Uini Atonio peut se rassurer et se dire qu’il sort d’une saison pleine où son influence en mêlée et dans le jeu rochelais n’est absolument pas remis en cause. Derrière lui à droite, la concurrence se jouera entre Vincent Pelo, Arthur Joly et Sila Puafisi, trois joueurs certes un peu en dessous mais qui pourront avoir leur mot à dire durant le marathon qu’est la saison de Top 14. À gauche, l’international Dany Priso manquera les premiers mois de compétition pour cause de Mondial avec les Bleus. Mike Corbel assumera l’interim et apportera son expérience mais la concurrence sera féroce. La jeune recrue Reda Wardi débarquée de Béziers pourrait être la belle surprise du championnat, même chose pour l’espoir Léo Aouf et Florian Bougerol.

Talonneurs > C’est l’un des postes où la concurrence sera la plus sévère la saison prochaine. Avec le recrutement de Facundo Bosch en provenance d’Agen, les cartes sont redistribuées au talonnage. Jean-Charles Orioli a comme argument de sortir d’une belle saison où il aura apporté son assurance au lancer et sa solidité en mêlée. Pierre Bourgarit, révélation de la dernière saison de Patrice Collazo avec les Jaunards, a marqué un peu le pas et n’a pas pas pris le bon wagon pour partir à la Coupe du monde. Malgré des difficultés récurrentes au lancer, l’ancien 3e ligne reste un jeune joueur très à l’aise ballon en main et a pour lui une aisance technique d’exception pour un talonneur. Derrière ces trois-là, Samuel Lagrange pourrait avoir sa chance en cas de blessure ou dans la rotation de l’effectif.

Paul ARNOULD
Sur le même sujet
Réagir