• Jérôme Porical (Béziers)
    Jérôme Porical (Béziers) Icon Sport - Icon Sport
Publié le / Modifié le
Saga Béziers

Ligne par ligne : Même Ossature et jeunesse affirmée

Arrières > Et si c’était son année ? Après un premier exercice en demi-teinte à l’ASBH, Pierre Bérard (polyvalent ailier ou centre) pourrait s’affirmer comme le titulaire au poste, s’il est épargné par les pépins physiques. Relanceur affirmé et joueur complet, il est le complément parfait de Jérôme Porical. Son expérience est sans égale dans l’effectif rouge et bleu, à l’image de la précision de son coup de pied, face aux perches comme dans le jeu. Le Catalan sera donc encore précieux et les deux hommes devraient se partager le temps de jeu en numéro 15. Mais le talentueux Thomas Zénon (ailier ou centre), auteur d’une préparation convaincante, aura son mot à dire.

Ailiers > La "bête" Uwa Tawalo doit changer la donne. Monstre physique (1,86 m et 118 kg), l’ancien Biarrot a été recruté pour apporter sa puissance à l’attaque biterroise, toujours orpheline d’un chasseur d’essais depuis les pertes de Ratini et Gmir. Un rôle que pourrait aussi incarner Wesley Douglas (centre) dans l’avenir. Imprévisible et doué, l’Anglais a explosé l’an passé et semble avoir toutes les qualités nécessaire pour devenir un attaquant racé. Joueur rapide et explosif, Roméo Ballu aura lui aussi sa carte à jouer dans le turnover. Blessé depuis plus de six mois, le fidèle combattant aux appuis de feu, Morad Touizni, sera revanchard.

Centres > Utilisé à l’aile face à Carcassonne en amical, Save Rawaca a été convaincant et pourrait donc être réutilisé dans cette position. Installé au centre l’an dernier, le Fidjien a montré des qualités d’impact-player très intéressantes mais parfois limitées par un manque d’intelligence situationnelle. Il doit apprendre à faire jouer derrière lui pour être le binôme de Maxime Veau. Redoutable défenseur et régulateur du jeu, il doit devenir le patron de la ligne de trois-quarts. Incontournable ! Arrivé de Rodez (Fédérale 1), Jeffrey Williams (ailier) est un élément aguerri, technique et solide, qui amènera de la variété à l’équipe. Là où le surpuissant Apimeleki Nawaqatabu, très utile pour trouver de l’avancée, apparaît encore parfois trop monocorde dans son jeu. Mais gare aux jeunes loups… Les espoirs Maxime Espeut et Paul Record (ailier) ont un gros potentiel et ils auront donc leur chance cette saison. à l’instar peut-être aussi d’Alvar Gimeno Soria, un Espagnol de 21 ans qui a passé sa jeunesse en Nouvelle-Zélande.

Ouvreurs > Adrien Latorre est la figure de proue du recrutement. Stratège mature et buteur chevronné, il est très attendu pour permettre à l’équipe de franchir un nouveau palier. Dans ses pas, Victor Dreuille doit grandir. Ce jeune a du talent. Il aime attaquer la ligne, bute et son coup d’œil fait déjà des différences. L’ex-Montpelliérain peut incarner l’avenir du club. Précoce, Dylan Russel poursuivra lui son apprentissage au contact des pros.

Demi de mêlée > Poste le plus en difficultés la saison passée, il paraît difficile d’y établir une hiérarchie aujourd’hui. Ses qualités physiques, sa défense et son vécu permettront à Arnaud Pic de guider l’équipe au cœur de l’hiver. Mais pour évoluer, Béziers a besoin aujourd’hui d’un numéro 9 plus rapide dans ses éjections et ses courses. L’international espagnol Tomas Munilla, vif et dangereux autour des rucks, colle au profil. Comme Thibault Bisman, "hybride" de ses deux concurrents, expérimenté (105 matchs de Pro D2) et gros défenseur, qui retrouve son club formateur.

Numéros 8 > Véritable force de la nature, Tyrone Viiga a des atouts physiques et techniques au-dessus du lot. En pleine possession des ses moyens, il est redoutable comme premier attaquant par ses relances du champ profond. Mais est souvent blessé (bientôt opérationnel). Kelly Meafua, gravement touché l’an dernier, est en grande forme. Combattant acharné, suractif sur le pré, il pourrait être plus qu’un joker de luxe et gagner sa place en flanker. Là où le jeune international belge et ex-leader des espoirs toulonnais, William van Bost (flanker), à la fois puissant et mobile, pourrait s’imposer en numéro 8.

Troisième ligne aile > Le "chien fou" Jean-Baptiste Barrère est indiscutable. Guerrier inusable qui n’abandonne jamais, redouté dans les rucks et sur les plaquages, il est devenu un cadre du vestiaire. Révélation de la saison passée, Karl Wilkins est un titulaire légitime. Joueur complet, régulier et astucieux, il part avec une longueur d’avance sur le combattant Eloi Massot. Barré par les blessures l’an passé, ce sauteur-coureur veut se relancer. Jean-Baptiste Grenod, dont le profil se rapproche du sien, devra se battre pour gagner du temps de jeu. à l’image du jeune Karl Vuillecard.

Deuxième ligne > La guilde des expérimentés. Le capitaine Jonathan Best a rempilé. Leader de combat chevronné, poison dans les rucks, il est un des guides indispensables à l’ASBH. Tout comme Mathias Marie. Joueur intelligent, très à l’aise dans les airs et précieux en défense, il aura lui aussi un rôle clé à jouer. La tour de contrôle Joseph Tu’ineau, les soldats et poutres en mêlée, Yassine Maamry et Benjamin Desroche, seront eux souvent utilisés dans le turnover. Trois éléments aguerris qui répondent toujours présent. Alejandro Alvarez Gimeno, pourrait faire quelques apparitions.

Piliers > Révélé sous le maillot du MHR l’année dernière (prêté cette saison), Yannick Arroyo (gaucher) sera en concurrence direct avec Quentin Samaran pour débuter à droite. Deux jeunes à fort potentiel, déjà solides en mêlée, qui recevront le soutien de l’inoxydable et exemplaire Vitolio Manukula (polyvalent). Chez les gauchers, le plus ancien membre du groupe Francisco Fernandes Moreira, excellent défenseur, part avec une longueur sur Thimothée Lafon. Les deux hommes aiment participer au jeu courant et déçoivent rarement. Mais l’international géorgien, Zhorzhi Saldadze, un ancien flanker aux atouts athlétiques hors normes, pourrait mettre tout le monde d’accord s’il s’adapte.

Talonneurs > Le taureau catalan. Solide sur les fondamentaux, agressif à souhait et très actif, Marco Pinto Ferrer sera encore le titulaire cette saison. Son aura galvanise le groupe. Mais derrière lui, les cartes sont redistribuées. Car Dorian Marco Pena, spécialiste du jeu au sol et efficace offensivement, fait des différences à chacune de ses entrées. Et pourrait donc contester le statut de "numéro 2" à Clément Estériola, fort en mêlée et ballon en main. La lutte promet d’être serrée.

Julien LOUIS
Réagir