• François Cros débutera en numéro 6 pour affronter l’écosse samedi soir.
    François Cros débutera en numéro 6 pour affronter l’écosse samedi soir. Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Test Match

Flankers : l’embarras du choix

Alors que la troisième ligne tricolore semblait stabilisée lors du dernier Tournoi, les cartes semblent avoir été totalement redistribuées. à tel point qu’aujourd’hui on se demande bien qui débutera face à l’Argentine en ouverture du Mondial…

Il y a tout juste cinq mois de cela, on aurait misé notre salaire sur l’identité des trois hommes titulaires en troisième ligne sur la pelouse du Tokyo Stadium le 21 septembre pour affronter l’Argentine. À l’époque du dernier Tournoi, les choses étaient limpides : autour de l’indéboulonnable Louis Picamoles dans le couloir, le rugueux et puissant Wenceslas Lauret et l’hyperactif Arthur Iturria se détachaient clairement de la concurrence. Titulaires respectivement trois et quatre fois sur cinq rencontres, les deux hommes n’avaient pas vraiment été perturbés par la concurrence de Yacouba Camara, auteur d’une prestation décevante face à l’Angleterre et à qui Jacques Brunel a donné l’occasion de se racheter pour le compte la dernière journée face à l’Italie. Arthur Iturria n’avait été remplaçant qu’une seule fois, contre l’Italie, pour que le staff teste Grégory Alldritt au poste de flanker. Bref, ces trois noms paraissaient gravés dans la roche.

Mais aujourd’hui tout a changé. À tel point qu’aucun de ces trois hommes ne débutera demain soir à Nice face à l’Écosse de Greg Townsend. Grégory Alldritt remplacera Louis Picamoles dans le couloir, François Cros en fera de même pour Wenceslas Lauret tandis que Charles Ollivon assurera la mission habituellement réservée à Arthur Iturria sur le côté ouvert.

Bien sûr, il ne s’agit là que de la troisième ligne composée à l’occasion du tout premier match de préparation des Bleus, il serait insensé de croire que ces trois hommes seront titulaires face aux Pumas. Mais leur présence montre une chose : le trio Lauret-Picamoles-Iturria n’a jamais eu autant de concurrents qu’à ce jour, et ce pour plusieurs raisons.

Les réservistes en embuscade

La première est purement sportive, et fait référence performances individuelles de chacun dans la saison de Top 14 écoulée. L’on fait référence ici à celles de François Cros, qui fut l’un des grands artisans de l’incroyable saison des Toulousains, conclue par un Brennus décroché au Stade de France. Au grand dam d’un certain… Arthur Iturria justement, qui n’était autre que son vis-à-vis ! Des performances qui ont totalement éclipsé Wenceslas Lauret qui lui, à l’inverse, n’a pas signé une grande deuxième moitié de saison avec le Racing 92. Bien sûr, il faut garder à l’esprit que François Cros n’est "que" réserviste, au contraire de Lauret qui figure sur la liste principale. Tout comme l’autre réserviste Charles Ollivon qui, sur le papier, n’est pas (encore) en position de force par rapport à Yacouba Camara, son alter ego de flanker côté ouvert qui figure lui aussi sur la liste principale. Seulement voilà, il semblerait que le profil du Toulonnais (ainsi que ses performances vues tout au long de la préparation) soient très appréciées du nouveau staff dans lequel Fabien Galthié occupe logiquement une place de choix puisqu’il prendra les commandes du XV de France. Il est vrai que le Toulonnais possède de sérieux arguments : à la fois mobile et puissant, l’ancien Bayonnais est aussi un joueur technique et très à l’aise dans les airs. En somme, le troisième ligne idéal pour faire des différences au large, au milieu des trois-quarts. Pour résister à la concurrence du Toulonnais, Camara devra faire oublier ses prestations décevantes vues lors du Tournoi…

Reste enfin la question du polyvalent Bernard Le Roux. Colosse s’il en est, le Racingmen a déjà montré par le passé qu’il était plus à l’aise et efficace dans la cage. Le problème, c’est que son concurrent au profil de pousseur n’est autre que Sébastien Vahaamahina, qui fait figure de numéro un. Le Roux pourrait alors se mêler au jeu des chaises musicales des flankers, mais de quel côté ? Côté fermé, il pourrait faire office de troisième deuxième ligne afin de densifier le pack français et renforcer le secteur du jeu au sol. À moins que ces qualités athlétiques hors normes ne lui offre une place sur le côté ouvert ? Et l’on ne parle même pas de l’option Alldritt, qui peut aussi glisser à l’aile d’une troisième ligne présidée par Picamoles comme ce fut le cas contre l’Italie il y a quelques mois. En résumé, le staff français possède un foule d’options et ces trois matchs amicaux lui seront extrêmement précieux pour y voir plus clair…

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir