• Romain Bezian (Colomiers) contre Nevers
    Romain Bezian (Colomiers) contre Nevers Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Pro D2

À trop s’entêter, Nevers tombe (de haut) d’entrée

La forteresse du Pré-Fleuri est tombée dès la première journée du championnat de Pro D2. Pourtant nettement dominateur, Nevers s’est incliné 18-24 face à Soyaux-Angoulême. La faute un manque de réalisme criant et quelques choix contestables, alors que les Charentais ont su concrétiser chacune de leurs opportunités…

Xavier Péméja et ses joueurs l’avaient pourtant clamé haut et fort : le Pré-Fleuri doit devenir une forteresse imprenable ! Pourtant, dès cette première journée de la saison, le bastion nivernais est tombé face à l’opportunisme et la générosité du SAXV. Les hommes d’Hugues Bastide ont pourtant tout tenté pour faire plier une remarquable défense adverse. Mais à force de s’entêter à tenter de marquer un essai, les bourguignons en ont oublié de reprendre le score à leur compte. En face, le SAXV a longtemps été à la limite de la rupture. Mais malgré l’excellent 6/6 au pied de Zack Henry, Nevers n’a jamais su trouver la faille, pour inscrire cet essai qui aurait sans doute tout changé. Le tournant du match intervient entre la 55e et la 70e minute, période durant laquelle les Neversois ont persisté à enchainer mêlées et « pénaltouches », sans jamais réussir à concrétiser. 

Les avants charentais particulièrement inspirés

Dès lors, et devant autant de cafouillages, Soyaux-Angoulême a saisi chaque occasion pour inscrire trois essais, par El Jai, Belzons et Kruger, ramenant par la même occasion le bonus offensif. Dans le sillage d’un paquet d’avants, qui a réussi des groupés pénétrants dévastateurs, les charentais ont su se montrer opportuniste et n’ont jamais renoncé dans une rencontre qui aurait pourtant pu leur échapper en fin de première période. Suite à deux cartons jaunes, adressés à Coletta puis Ayestaran, les hommes d’Adrien Buonanoto ont toujours cru en leur plan de jeu et n’en ont finalement jamais dévié, instaurant le doute dans les têtes adverses. Pour enfoncer le clou, Matthieu Ugalde n’a pas manqué la transformation qui prive les bourguignons d’un bonus défensif, qui n’aurait pourtant pas été immérité.

La première de la saison est donc manquée par les hommes de Xavier Péméja, qui devront déjà réagir, dès la semaine prochaine à Oyonnax. Pour Soyaux-Angoulême, les scènes de joie au coup de sifflet ne trompent pas et laissent à penser que les charentais pourraient être de sérieux outsiders dans le dense championnat de Pro D2. 

 

Julien Oury
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir