• Remplaçant de dernière minute de Geoffrey Doumayrou, Virimi Vakatawa aura quelques minutes pour confirmer ses capacités d’adaptation. Photo Icon Sport
    Remplaçant de dernière minute de Geoffrey Doumayrou, Virimi Vakatawa aura quelques minutes pour confirmer ses capacités d’adaptation. Photo Icon Sport
Publié le / Modifié le
International

Direction le Japon

Sans préparation avec le XV de France, ni titularisation lors des trois matchs amicaux, le trois-quarts centre Virimi Vakatawa devrait pourtant bien s’envoler avec les Bleus pour le Japon.

Au petit jeu des chaises musicales, Virimi Vakatawa, bien malgré lui, possède un certain talent. Le trois-quarts centre du Racing 92, appelé de dernière minute pour remplacer Geoffrey Doumayrou forfait en raison d’une blessure au tendon d’Achille, devrait bien s’envoler en direction de Tokyo le 7 septembre prochain avec le XV de France. Et tout ça, sans avoir pris part à la préparation estivale, ni même dcébuter la moindre des trois rencontres amicales. Un joli tour de passe-passe pour l’ancien "septiste" aux qualités de funambule. "On ne peut présager de rien du tout, prétend pourtant le sélectionneur Jacques Brunel. Le passé a montré qu’il pouvait arriver plein de choses. " Un accident de voiturette de golf à Marcoussis ? Une chute dans les escaliers ? Évidemment, on caricature, la blessure reste toujours possible. Mais en choisissant d’infliger un zéro pointé à Anthony Belleau sur les trois matchs amicaux, le patron des Bleus a envoyé un message très clair : l’ouvreur du RC Toulon, sauf accident, ne verra pas le Japon. Conséquence : Virimi Vakatawa, remplaçant contre l’Italie ce vendredi soir, est le successeur désigné de Geoffrey Doumayrou. "Virimi a l’air bien physiquement, a concédé Brunel lors de sa conférence de presse jeudi à Marcoussis. Il a montré de belles dispositions. Il connaît la plupart des joueurs et s’est intégré très rapidement."

Facultés d’adaptation

Évidemment, d’aucuns s’offusquent de voir un joueur ayant rejoint le groupe France le 21 août prendre la place d’un autre présent depuis le début de l’aventure. Seulement, souvenez-vous ! Le 21 juillet dernier, lors d’une conférence de presse, en marge du stage à Monaco, Belleau déclarait : "C’est clair pour tout le monde : mon premier poste, c’est 10, c’est là que je me sens le mieux. Centre, c’est un autre poste, même si y passer en cours de match est encore quelque chose de différent. " Les propos étaient exempts de toutes ambiguïtés. Peut-être les regrette-t-il aujourd’hui… Virimi Vakatawa, lui, aura probablement quelques minutes de temps de jeu ce soir pour confirmer les propos de Brunel sur ses facultés d’adaptation. Ensuite, il aura tout loisir de venir brouiller encore un peu les cartes, Laurent Labit son ancien entraîneur au Racing l’appréciant tout particulièrement…

BEURDELEY Arnaud
Sur le même sujet
Réagir