• Pro D2 - Bien en jambes, Thomas Girard échappe à Thomas Bultel et c’est tout Colomiers qui respire. Les banlieusards toulousains remportent leur deuxième match en deux rencontres. Photo Stéphanie Biscaye
    Pro D2 - Bien en jambes, Thomas Girard échappe à Thomas Bultel et c’est tout Colomiers qui respire. Les banlieusards toulousains remportent leur deuxième match en deux rencontres. Photo Stéphanie Biscaye Stéphanie Biscaye / Stéphanie Biscaye / Stéphanie Biscaye
Publié le / Modifié le
Pro D2

Colomiers : l’opportunisme bienvenu

Profitant à merveille de leur supériorité numérique à l’heure de jeu, les haut-garonnais enchâinent un deuxième succès bien ficelé. Les temps changent.

C’est un petit nuage sur lequel sont actuellement les Columérins et pour les en déloger, il faudra peut-être se lever tôt ou du moins s’employer avec application et farouche volonté d’en découdre. Et surtout, ne pas leur laisser la moindre opportunité. Il semblerait que durant l’été, les protégés de Julien Sarraute et Fabien Berneau ont, outre le fait de surfer sur la vague d’un maintien arraché de haute lutte, travaillé mentalement leurs lacunes passées.

Une belle marge de progression

Bien sûr, tous les réglages ne sont pas encore parfaits comme le reconnaissait le nouvel arrivant Fabien Perrin, auteur d’une réalisation au centre de l’attaque, pour sa première titularisation. "Nous avons une bonne défense, mais nous avons aussi profité du travail des gros (trois pénalités en mêlée fermée obtenue N.D.L.R). Nous avons eu un peu d’approximations derrière sur les lancements ou dans les avantages que nous avions sur nos groupés pénétrants (trois pénalités sifflées contre Mont-de-Marsan, N.D.L.R). On aurait pu faire mieux je pense même si ce n’est que le début de saison et qu’on essaie de se régler", analysait le joueur qui découvrait sa nouvelle maison de Bendichou pour la première fois après déjà six saisons de Pro D2. Auteur d’un bon travail défensif avec toute sa ligne de trois-quarts, Perrin peut savourer ce début de saison. À l’image d’un Thomas Girard, auteur d’un 7/9 au pied et propre dans ses interventions. Touché gravement au genou droit le 15 février dernier du côté de Béziers, l’ancien Massicois salue l’état d’esprit qui l’anime lui et ses coéquipiers. "Je crois que nous avons le même état d’esprit que la fin de saison dernière, que j’ai vécu de loin personnellement… Ça se voit au niveau défensif, on n’a pas perdu le fil même lorsque Mont-de-Marsan est revenu. L’an dernier, les fins de matchs étaient tendues. On sent qu’on a un petit capital confiance qui s’installe et la capacité à pouvoir compter sur 23 joueurs. Le banc a encore été très bon. Les remplaçants rentrent pour amener un plus et n’ont pas de frustration." De quoi savourer pour Julien Sarraute, ce dernier conscient de l’apport non négligeable de la supériorité numérique en deuxième mi-temps. Le technicien préfère ne pas tirer de "plans sur la comète". Colomiers avance à son rythme mais avance. C’est déjà ça.

Voir les commentaires
Réagir