• Le deuxième ligne sud-africain Eben Etzebeth est au cœur d’une polémique qui pourrait le priver du Mondial.
    Le deuxième ligne sud-africain Eben Etzebeth est au cœur d’une polémique qui pourrait le priver du Mondial. Steve Haag / Icon Sport / Steve Haag / Icon Sport / Steve Haag / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Coupe du Monde

L’affaire Etzebeth inquiète et divise

C’est un ouragan qui secoue actuellement l’équipe sud-africaine, pourtant toujours donnée favorite du Mondial par les bookmakers britanniques. Le week-end dernier, l’affaire Etzebeth a même poussé l’ancien sélectionneur Peter de Villiers à tourner le dos aux Springboks...

La fédération sud-africaine de rugby a annoncé en fin de semaine dernière, via un communiqué de presse, qu’elle se conformerait aux conclusions de la justice sud-africaine dans l’affaire Eben Etzebeth. Quels sont les faits, au juste ? Une vidéo accuse aujourd’hui le deuxième ligne international (27 ans) d’avoir, le 25 août dernier dans la ville côtière de Langebaan, proféré des insultes racistes envers un sans-abri noir, ainsi que d’avoir pointé une arme sur ce même SDF. Actuellement, Etzebeth fait donc l’objet d’une enquête pour agression et c’est donc cette très grave affaire extra-sportive qui pourrait empêcher le deuxième ligne de 27 ans, future star de l’effectif du RC Toulon, de participer à la Coupe du monde avec les Springboks. La commission des Droits de l’Homme a d’ailleurs entendu Eben Etzebeth le 30 août dernier, juste avant son départ pour le Japon. Le joueur aux 79 sélections a nié les faits de manière catégorique.

De Villiers : "Je ne supporterai pas les Springboks"

"Respectueuse des lois, SA Rugby a coopéré pleinement à l’enquête au sujet d’Eben Etzebeth et continuera à le faire", a donc écrit la fédération (Saru) jeudi soir. Avant de poursuivre : "Nous maintenons que nous ne tolérons aucun acte de violence ou de racisme. SA Rugby prendra les mesures appropriées une fois l’enquête et la procédure conclues." En attendant que les conclusions de l’affaire soient connues, Eben Etzebeth est toujours présumé innocent et en tout état de cause, pourra donc affronter les All Blacks le 21 septembre prochain à Yokohama. De son côté, l’ancien sélectionneur sud-africain Peter de Villiers, patron des Springboks de 2008 à 2011, a clairement pris position contre le futur joueur du RCT : "Une enquête interne de la part de la fédération sud-africaine aurait ici été appropriée. Je suis à la fois surpris que la Saru ait amené Eben Etzebeth au Japon et très déçu par les attitudes des administrateurs de couleur de la fédération, que ce soit Mark Alexander (le président) ou François David (le vice-président). De mon côté, je me sens directement visé par l’attitude d’Etzebeth parce que si vous utilisez des mots racistes contre un homme dans la rue, vous pouvez également les utiliser contre moi. Si ce joueur reste dans le groupe, je ne supporterai pas les Springboks dans ce Mondial…"

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir