• Prestation majuscule de Toby Arnold, qui a inscrit trois essais lors de cette confrontation face aux Brivistes.
    Prestation majuscule de Toby Arnold, qui a inscrit trois essais lors de cette confrontation face aux Brivistes. Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Le Lou signe une belle copie blanche

Pour la quatrième fois consécutive, le Lou a su préserver son en-but, battant le record de Clermont, en 2010-2011. Si les Lyonnais ne veulent pas faire de ce record un cheval de bataille, leurs bonnes dispositions défensives.

Peut-on décrocher un dix-huit sur vingt en rendant quatre copies blanches ? Oui, c’est ce que vient de réaliser le Lou. Grâce à son large succès contre Brive, en plus d’ajouter cinq points à son total au classement, le leader a battu le record de minutes passés sans encaisser d’essais, détenu jusqu’à maintenant par son voisin clermontois - version 2010-2011. Cette saison-là, Clermont avait résisté deux cent soixante-quinze minutes sans laisser personne aplatir dans son en-but, le Lou a fait mieux et en est maintenant à trois cent vingt minutes.

Dans une fin de match sans passion ni enjeu, il aurait pu pourtant se relâcher et céder devant le baroud d’honneur briviste en toute fin de match. "À la soixante-dixième, tu peux baisser les bras, reconnaît le flanker, Julien Puricelli. Ils étaient proches de la ligne. Ça ferraille un peu. Chacun s’est levé pour ça. Cela trotte dans la tête, c’est une motivation supplémentaire. Plus on tient, plus on a envie de tenir."

Pour autant, si les Lyonnais accueillent ce record avec le sourire et un peu de fierté, il n’est pas question d’en fait tout un plat. "En interne, ce n’est pas une fin en soi, poursuit l’ancien capitaine. On ne cherche pas les records. Le but n’est pas de ne pas avoir encaissé d’essais à la cinquième ou sixième journée de championnat. Ne pas encaisser d’essais pour terminer dixième du championnat, cela ne sera d’aucune utilité. Le point positif est que nous ne prenons pas beaucoup de points. Nous allons continuer dans cette voie. Mais ne pas prendre d’essais ne doit pas devenir un objectif."

Et on aurait tort de trop s’emballer au vu des conditions favorables à l’établissement de ce record : peu affaibli par les absents à la Coupe du monde - même si certains Lyonnais auraient sûrement mérité d’en être - gâté par le calendrier, avec trois réceptions, le Lou a affronté une équipe parisienne en reconstruction quasi-permanente, un champion de France toulousain amputé d’une équipe, avant d’être remonté à bloc pour le voyage sur la rade par les déclarations du président adverse, et d’affronter un promu, qui, comme l’équipe de France de basket en demi-finale, semblait ne plus avoir d’énergie après son exploit au match précédent. "J’ai connu ce que Brive a connu, avec la montée, rappelait Pierre Mignoni. Beaucoup de joueurs sont arrivés à l’intersaison. C’est toujours difficile d’intégrer tout le monde, de construire son jeu offensif."

La défense comme socle

Il n’empêche que la défense étant le socle d’une équipe, et ce qui peut lui permettre de durer et de traverser les tempêtes, le Lou lance sa saison sur de bonnes bases. Entre leur organisation collective, leur présence dans les rucks – les Brivistes ont gâché un bon ballon d’attaque en étant pénalisés dans un ruck, leur solidité en conquête, leur abnégation et leur solidarité, les Lyonnais ne laissent pas beaucoup d’espaces à leur adversaire, sans oublier de faire preuve de roublardise, également appelée parfois expérience… "Sur les trois ballons que nous avons à proximité de leur ligne, ils arrivent à tuer le ballon, soufflait, un brin dépité, le jeune capitaine briviste, Mathieu Voisin. Ils arrivent à garder leur défense bien en place, et à tuer le ballon quand ils sont en difficulté. Ils sont forts sur ce point, en plus du reste…"

Il reste à ne pas lâcher le mollet des adversaires et à garder cette envie et cette volonté de défendre pendant encore vingt-deux matchs. "Vous vous doutez bien que nous allons prendre un essai pendant la saison, sourit Pierre Mignoni. Mais au-delà de notre organisation en défense, qui est importante, l’état d’esprit est très positif. Les joueurs continuent de s’accrocher. Ce n’était pas simple. Mais tu imposes à l’adversaire de continuer à travailler pour marquer un essai."

Sébastien FIATTE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir