Le mystère Dupont

  • Il reste une semaine à Antoine Dupont pour guérir définitivement de ses problèmes de dos. Sa possible absence serait en tout cas très préjudiciable aux Tricolores. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
    Il reste une semaine à Antoine Dupont pour guérir définitivement de ses problèmes de dos. Sa possible absence serait en tout cas très préjudiciable aux Tricolores. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le / Mis à jour le

Aujourd’hui, le demi de mêlée toulousain, l’un des principaux maîtres à jouer de ce XV de France, souffre encore du dos. Pourra-t-il débuter face aux Gallois ?

Dire d’Antoine Dupont qu’il est un homme de base du système Brunel est un euphémisme. Depuis que le successeur de Guy Novès a pris les rênes du XV de France, en janvier 2018, le demi de mêlée du Stade toulousain a seulement manqué cinq rencontres internationales, regroupées pour la majeure partie d’entre elles sur le Tournoi des 6 Nations 2018, la faute à une blessure au genou survenue cette année-là face à l’Irlande. Et puis ? Dès l’instant où ledit "Toto" a de nouveau été en mesure de fouler les pelouses, le débat autour du poste de demi de mêlée chez les Bleus a aussitôt pris fin : Morgan Parra avait soudainement pris dix ans, Maxime Machenaud était jugé trop lent et Baptiste Serin trop inconstant.

De fait, Antoine Dupont semble aujourd’hui regrouper en un seul homme toute la panoplie d’un très grand numéro 9, vif dans les libérations, précis au pied, autoritaire vis-à-vis de ses avants et, surtout, imbattable sur le un contre un. À son sujet, le grand George Gregan, demi de mêlée de l’Australie de 1994 à 2007, nous confiait récemment : "Pour moi, Antoine Dupont aurait sa place dans n’importe quelle équipe de la planète. Avec lui, j’ai découvert un gamin extrêmement talentueux, à la fois culotté et sachant garder la tête froide lorsque les circonstances l’exigent. Il sera à n’en pas douter l’un des grands bonhommes des phases finales de cette Coupe du monde."

Face aux Anglais, Serin devait débuter

Vous l’aurez compris : Antoine Dupont est, avec Damian Penaud, le seul international français faisant crever de jalousie les autres grandes nations de ce jeu. Malgré tout, sa participation au prochain quart de finale, face aux Gallois à Oita, n’est pas encore totalement acquise. Touché au dos lors du France - Argentine du 21 septembre, à Tokyo, le demi de mêlée des Bleus tarde à se remettre de cette blessure et, après avoir disputé les trente dernières minutes du dernier France - Tonga, semblait par exemple encore souffrir le martyre.

Préoccupé par l’état de santé de son "facteur X", le staff médical tricolore a alors multiplié les soins et aurait même envisagé, un temps, d’appeler à la rescousse un ostéopathe toulousain connu du joueur, afin qu’il soigne la blessure en question. Ce dernier est-il arrivé à Oita ? A-t-il finalement aidé Antoine Dupont dans sa récupération ? Difficile à dire, tant les informations filtrent au compte-gouttes depuis le camp retranché des Bleus. Toujours est-il que si le France - Angleterre de samedi avait été maintenu, c’est Baptiste Serin qui aurait démarré le crunch de Yokohama, laissant à Maxime Machenaud le soin de gérer la fin de match.

Depuis hier, il semblerait néanmoins que l’évolution de la blessure au dos d’Antoine Dupont soit plutôt favorable. Démarrera-t-il face aux Gallois ? Ce n’est pas certain mais fortement probable. Et puis, au regard de ses dernières performances, c’est plus que souhaitable…

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir