Lyon : une revanche à prendre

  • Jonathan Wisniewski et les Lyonnais ont en tête de faire mieux que leur dernière campagne européenne, soldée par un zéro pointé !
    Jonathan Wisniewski et les Lyonnais ont en tête de faire mieux que leur dernière campagne européenne, soldée par un zéro pointé ! Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Après avoir reçu un zéro pointé la saison dernière, les Lyonnais sont revanchards et veulent tirer les leçons de leurs erreurs pour gagner enfin sur le plan européen. Et voir plus loin ?

Il y a deux semaines, dans nos colonnes, le jeune capitaine lyonnais, Baptiste Couilloud, avait eu des mots forts au sujet de la campagne européenne ratée de son club la saison dernière. Il avait prononcé les mots de honte et d’échec après le zéro pointé de son équipe au classement d’une poule relevée.

Le Lou, vu comme potentielle équipe surprise au début la campagne, à l’automne 2018, avait effectivement étonné, en se faisant durement bizuter. Dès la première journée, les Cardiff Blues l’avait emporté à Gerland, sur deux essais opportunistes, et avait privé le Lou du bonus défensif à la sirène. Plombé d’entrée par cette défaite à domicile, les Lyonnais avaient ensuite payé cher la taxe d’apprentissage. Alors, toujours vexés les Lyonnais ?

"J’espère que les joueurs le sont, souffle Pierre Mignoni, avant de rectifier. Nous le sommes ! Nous avons accepté la réalité des résultats. Nous ne l’avons pas fait de manière négative, mais pour nous remettre en question, à commencer par moi, suivi des joueurs. Nous sommes des compétiteurs."

Ils n’ont évidemment pas attendu ces dernières semaines pour retenir les leçons européennes, notamment les deux administrées par les Saracens, sur et en-dehors du terrain. Dès le mois de février dernier, on avait pu avoir un aperçu d’un rugby un peu plus clinique pratiquée par le Lou, lors des victoires au Stade Français et contre Clermont.

L’objectif est maintenant que les progrès entrevus sur le sol français s’exportent à l’étranger. Le staff et les joueurs espèrent s’en être donnés les moyens.

"Nous nous sommes mieux préparés, rappelle le manager. Il y a des choses à réajuster, auxquelles nous devons nous adapter, que ce soit dans le rythme des matchs, dans la façon dont on fait les choses. C’est réglé depuis quelques temps. Nous travaillons dans la continuité, avec des ajustements réguliers. Ensuite, nous devons nous adapter à l’arbitrage, aux adversaires. Nous avons essayé de bien travailler depuis plusieurs semaines, plusieurs mois. J’espère que nous ne serons pas surpris."

Moins de pression à l’extérieur ?

Avec de l’expérience supplémentaire, une infirmerie qui ne déborde pas, au contraire de l’année dernière à la même époque, un stock de confiance au maximum grâce à un bon début de championnat, un effectif équilibré entre vieux briscards et jeunes premiers ambitieux, et des adversaires moins effrayants, le Lou a beaucoup de cartes en main pour, non seulement faire mieux que la saison dernière – il sera difficile de faire pire – mais aussi créer la surprise ?

"L’objectif est de gagner le maximum de match possible, de continuer à grandir, d’apprendre, de gagner des grands matchs, explique Pierre Mignoni. Dans notre progression collective, ce n’est pas quelque chose qui vient du jour au lendemain. Ou alors il faut changer vingt-cinq joueurs et prendre vingt-cinq joueurs internationaux. Ce n’est pas le but. Nous voulons faire progresser nos joueurs, les faire évoluer, et garder ceux qui sont avec nous. Des mecs qui étaient avec nous en Pro D2. Il n’y en a pas cinquante, mais il y en a ! (Fearns, Puricelli, Couilloud, Regard, Arnold, N.D.L.R.). D’autres nous ont rejoint. Aujourd’hui ce groupe se stabilise. J’espère que cela va payer dans un futur proche. J’espère que ce sera le cas en championnat évidemment, mais aussi en Coupe d’Europe."

Débuter à l’extérieur la compétition ce dimanche enlèvera peut-être un peu de la pression qui avait pesé sur les épaules lyonnaises la saison dernière. Mais que le Lou ne s’attende pas à bénéficier d’un effet de surprise liée à sa dernière campagne. Il sera reçu par le co-leader du championnat d’Angleterre avec tous les honneurs dû à son rang de leader du Top 14. "Lyon est probablement la meilleure équipe de France à l’heure actuelle", a rappelé le manager des Saints, Chris Boyd, dans la presse anglaise.

Sébastien Fiatte
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir