Montpellier sans plan B

  • Benoit PAILLAUGUE of Montpellier and his teammates look dejected during the European Rugby Champions Cup, Pool 5 Toulouse and Montpellier at Stade Ernest-Wallon on December 8, 2019 in Toulouse, France. (Photo by Manuel Blondeau/Icon Sport) - Stade Ernest-Wallon - Toulouse (France)
    Benoit PAILLAUGUE of Montpellier and his teammates look dejected during the European Rugby Champions Cup, Pool 5 Toulouse and Montpellier at Stade Ernest-Wallon on December 8, 2019 in Toulouse, France. (Photo by Manuel Blondeau/Icon Sport) - Stade Ernest-Wallon - Toulouse (France) Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Quasi éliminés après leur seconde défaite en Champions Cup, les Héraultais ont touché à Toulouse, leurs limites du moment.

"La clé sera de nous adapter à ce que Toulouse nous proposera." Louis Picamoles ne s’était pas trompé, mais les ses coéquipiers n’ont jamais réussi à s’adapter dimanche sous la pluie. Dominés sur leurs points forts retrouvés face à Lyon (lire macro), ils n’ont jamais trouvé de solutions et en ont vite perdu leur sang froid comme leur rigueur. "Les gars, ce n’est pas un problème d’état d’esprit. Juste soyez calmes, on s’affole trop et on panique trop", ajoutait le capitaine durant la rencontre (après le premier essai adverse). À tel point qu’à l’arrivée, les Héraultais laissaient ce sentiment désagréable d’avoir déjoué sans jamais parvenir à recentrer son rugby et en étant dominés dans la majorité des secteurs (sauf en touche). L’ouvreur Anthony Bouthier confirme : "Il nous a manqué des bonnes sorties de camp. En défense on a subi, car nous ne sommes pas assez vite montés. Nous avons attendu les Toulousains en les regardant jouer. Avec encore une fois, beaucoup trop de déchet technique dans le jeu. En face, le Stade toulousain, même sans faire grand-chose, s’est montré très efficace." La différence entre les grandes et les "petites" équipes…

Onze pénalités et dix-sept turnovers concédés

Après avoir fait un pas en avant face au Lou, le MHR en fait deux en arrière à Toulouse. Et prouve ainsi son inconstance. En manque de solidité en mêlée, de sureté voir d’organisation sous les renvois (voir micro), les Cistes ont multiplié les imprécisions techniques (17 turnovers) et n’ont eu donc que des "miettes" à exploiter. Sur lesquelles, ils ont été comme à l’accoutumée, inefficaces en attaque. Sans oublier leur éternelle indiscipline ! Xavier Garbajosa avait prévenu : "Si on joue à quatorze face à Toulouse, ça ne passera pas." Incorrigibles, ses hommes sont retombés dans leurs travers. Avec onze pénalités et un jaune concédés, ils ont facilité la tâche des Toulousains.

Alors, à force de reproduire les mêmes erreurs, les Héraultais se retrouvent en grand danger en Champions Cup. Troisième de leur poule, à deux longueurs de Gloucester, ils sont presque éliminés. Même si un parcours sans faute jusqu’à la fin, pourrait leur permettre de croire au miracle d’une qualification, parmi les meilleurs seconds. Mais en sont-ils réellement capables ? Le numéro dix l’espère : "Il faut y croire car rien n’est perdu. Il reste trois matchs et il faudra gagner les trois et prendre des bonus. Nous n’avons plus le droit à l’erreur. Dès la semaine prochaine (samedi, N.D.L.R.), on doit gagner contre Toulouse."

Julien LOUIS
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir