Encore un effort pour Brive

  • Joris Jurand et les Brivistes ont l’occasion de terminer l’année 2019 en beauté. Il faudra pour cela faire tomber le Racing 92, un cador du championnat qui est en quête de points. Les Corréziens en sont capables...
    Joris Jurand et les Brivistes ont l’occasion de terminer l’année 2019 en beauté. Il faudra pour cela faire tomber le Racing 92, un cador du championnat qui est en quête de points. Les Corréziens en sont capables... Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Les Corréziens ont pris deux bons points en déplacement la semaine dernière face à un concurrent direct. à eux de ne pas gâcher à domicile, où ils demeurent invaincus.

Un et deux qui font trois. Après le point de bonus défensif ramené de Castres lors de la 9e journée (défaite 28-26), les Brivistes ont réussi à arracher le match nul à Bayonne la semaine dernière (6-6) et ont ainsi fait grossir leur capital de points pris à l’extérieur de deux unités supplémentaires. La donnée n’est pas anodine au moment de basculer sur la réception d’un cador et dit quelque chose de l’état d’esprit actuel des Brivistes et surtout des progrès affichés depuis le début de la saison par le promu corrézien. Jusqu’à présent, tout va bien. Magie d’un classement très resserré où seuls deux points séparent le sixième du douzième, le CABCL s’est même offert le luxe de passer Noël dans la peau d’un qualifiable puisque les Corréziens occupent la sixième place au matin de cette 12e journée. Pas mal pour une équipe promue qui joue avant tout son maintien. En ce sens, et même si les Noir et Blanc sont plutôt en avance sur les temps de passage espérés pour la tenue de cet objectif, le choc face au Racing va valoir son pesant d’or. Il doit permettre aux hommes de Jeremy Davidson d’entretenir cette dynamique positive et, surtout, de demeurer invaincus à domicile. Les coéquipiers du capitaine Saïd Hirèche savent que leur salut en Top 14 passera avant tout par leur solidité sur leur pelouse.

Des victimes prestigieuses

Au moment d’accueillir le Racing, les Brivistes peuvent s’asseoir sur quelques certitudes. Les hommes de Jeremy Davidson ont toujours fait fi du prestige et du pedigree de leurs adversaires. Jugez plutôt : Brive a, tour à tour, fait tomber Clermont (3e journée, 28-21), Toulon (5e journée, 39-17), Toulouse (6e journée, 23-9) et Bordeaux-Bègle (8e journée, 30-9). Les résultats parlent d’eux-mêmes : les "gros" réussissent bien au CABCL. Jean-Baptise Péjoine, entraîneur des trois-quarts brivistes, sait que son équipe doit fournir un dernier effort pour boucler une première partie de saison en tous points réussie et plus généralement une année 2019 assez exceptionnelle : "C’est une semaine un peu particulière où les joueurs ont eu quatre jours de congé. On n’a pas de temps pour se mettre dans les meilleures dispositions avant d’attaquer ce grand défi. Ce n’est pas l’idéal, bien évidemment, pour préparer la réception d’une équipe du calibre du Racing. Mais nous avons montré par le passé que nous savions plutôt bien gérer ces matchs à gros enjeux." Impatient à l’idée d’en découdre, l’ancien demi de mêlée briviste connaît les qualités de son futur adversaire : "Quand le Racing se met en mode "bulldozer", cette équipe fait partie des meilleures d’Europe. Elle a une touche défensive hors norme et des joueurs d’exception dans toutes ses lignes."

Comment dérégler la machine, alors ? Le technicien a sa petite idée : "Comme lors de nos précédents matchs à domicile, il faudra réussir notre entame et surtout garder un rythme élevé toute la partie. Oui, je crois que notre capacité à tenir une haute intensité pendant longtemps nous permet de rivaliser avec ces équipes-là. Bien sûr, il faudra aussi être très disciplinés parce que le Racing ne ratera pas une occasion de nous faire mal. Mais le passé récent nous montre que nous aurons notre mot à dire !" Les Brivistes auront-ils assez d’essence dans le moteur pour réussir ce dernier coup de collier ?

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir