• Raphaël Ibanez, manager du XV de France
    Raphaël Ibanez, manager du XV de France Icon Sport / Aude Alcover / Icon Sport
Publié le / Modifié le
XV de France

Raphaël Ibanez : « La version trois de nos entraînements »

Le manager du XV de France, chargé notamment de la logistique des séances d’entraînement pour Fabien Galthié et son staff, a bien voulu dresser le bilan des trois sessions de répétitions des entraîneurs de l’équipe de France et se projeter sur le rassemblement des Bleus de dimanche à 42 joueurs.

Pourquoi avoir voulu effectuer des entraînements pour entraîner les entraîneurs du XV de France ?

Dès nos premières réflexions avec Fabien Galthié, l’idée de se préparer ensemble, c’est-à-dire tout le staff, s’est imposée. Il nous a fallu être pragmatique. On est sorti de la Coupe du monde fin octobre et le prochain rendez-vous avec les Bleus était France – Angleterre le 2 février prochain. Entre ces deux compétitions, il n’y avait pas de match, ni de phase d’évaluation. Ls joueurs ont un gros morceau en guise de rentrée, alors de façon à anticiper au mieux la phase de préparation qui va débuter ce weekend, on s’est dit qu’il fallait multiplier les rendez-vous entre nous, sur la partie théorique et réflexion de notre rugby, mais aussi pour s’entraîner à entraîner, mettre en action tous les acteurs de ce nouvel encadrement technique du XV de France.

Il fallait aussi que le staff soit prêt, car vous allez être très exigeant avec vos joueurs...

Oui on se doit d’être exigeant d’abord envers nous-même. Mais il y avait aussi pour tous les entraîneurs, un manque d’entraînement. Que ce soit Fabien, Laurent, William ou Karim, ils avaient l’habitude d’entraîner un club, ils ont la passion d’entraîner. Or un technicien d’une sélection internationale il est beaucoup moins en prise avec les joueurs au quotidien, et c’est aussi ce qui fait la richesse d’un entraîneur. Pour éviter cette période d’inactivité qui leur pesait, on a décidé, demandé à nos supérieurs ce choix qui a été validé sans difficulté. Avec Fabien, nous avions échangé avec quelques-uns de nos prédécesseurs et Yannick Bru par exemple nous avait indiqué que l’attente entre les différents rendez-vous était très longue. Ses arguments sont entrés dans notre réflexion.

Pourtant quand on regarde le pedigree de ce staff, on ne doute pas sur les compétences pour entraîner. Tous n'ont-ils pas de l’expérience et réussi de grandes choses en Top 14 ?

Oui, mais on souhaitait aussi tester nos connexions, car c’est la première fois que nous travaillions ensemble. C’est pour cela que nous avons pondu une version 1 de nos entraînements que nous avons voulu mettre en pratique et rendre efficiente. Avec les moins de 20 ans c’était la version 3 avant le grand rendez-vous du weekend prochain. Nous avions trois objectifs sur l’entraînement de Naples : identifier des futurs joueurs postulants avec les Bleus, et quelques-uns vont taper à la porte prochainement, se connecter avec les staffs des catégories de jeunes et cela s’est très bien passé avec l’ensemble des équipes de Sébastien Piqueronnies, et répéter l’articulation de nos exercices qui ont été proposés. Car ce seront les mêmes qu’effectueront le XV de France la semaine prochaine.  

 

Propos recueillis à Naples par Pierre-Laurent GOU

https://kiosque.midi-olympique.fr/midi-olympique-vert


 


 

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir