Animation offensive : le défi des solistes

  • Virimi Vakatawa (France) lors du Captain Run avant d'affronter l'Angleterre ce dimanche
    Virimi Vakatawa (France) lors du Captain Run avant d'affronter l'Angleterre ce dimanche Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Si la ligne de trois-quarts tricolore semble regorger comme jamais de talents individuels, ces derniers devront forcer leur nature et relever le défi d’évoluer collectivement pour s’exprimer.

L’heure est-elle enfin revenue à l’abondance ? Force est en tout cas de constater qu’en termes de talents offensifs, le XV de France a rarement été aussi bien doté qu’à l’aube de ce Tournoi. Qu’il s’agisse du dynamiteur Antoine Dupont à la mêlée, des pétillants Ntamack et Jalibert à l’ouverture, des flèches Penaud et Thomas aux ailes sans oublier le milieu de terrain Fickou-Vakatawa, le XV de France regorge de joueurs qui présentent d’ores et déjà des références intéressantes au niveau international, auxquels il faut ajouter Anthony Bouthier qui est rien moins que le meilleur franchisseur du Top 14. De quoi espérer le meilleur face au XV de la Rose ? Peut-être, après tout, à condition que les joueurs relèvent le défi d’évoluer au diapason, en trouvant des solutions collectives pour placer leurs talents sur orbite…

Des espaces autour de Vakatawa ?

En effet, si la ligne de trois-quarts titulaire aura globalement pu rôder ses automatismes lors de la dernière Coupe du monde (à l’exception de Bouthier et Thomas), elle n’en a pas pour autant levé tous les doutes. Composée de redoutables duellistes, tous capables d’exploits individuels lorsqu’il s’agira de négocier un ballon de récupération, la cavalerie tricolore semble sur le papier manquer d’un joueur susceptible de créer des décalages par sa seule qualité de passe. L’option Ntamack au centre, un temps évoquée, semblant vouée à n’être improvisée qu’en cours de match, en fonction du coaching ou d’éventuelles blessures. Ce qui signifie, nécessairement, que certains joueurs devront forcer leur nature. On songe évidemment en premier lieu à Gaël Fickou, chez qui on avait déjà pu mesurer au Japon un début d’évolution, avec une volonté de faire jouer davantage les autres et de moins se reposer sur son crochet intérieur, ainsi qu’à Virimi Vakatawa, qui semble avoir franchi un palier cette saison avec le Racing et sur qui les attentions de la défense anglaise seront nécessairement fixées. Assez pour faire gagner les Bleus au niveau international ? On le saura dimanche…

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir