Les Bleuets à 2000 à l’heure

  • L’Agenais Gauthier Maravat avait pris part à l’édition 2019 du Tournoi des 6 Nations. Le troisième ligne aile sera donc l’un des cadres du groupe moins de 20 ans lors de cette version 2020.
    L’Agenais Gauthier Maravat avait pris part à l’édition 2019 du Tournoi des 6 Nations. Le troisième ligne aile sera donc l’un des cadres du groupe moins de 20 ans lors de cette version 2020. Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Doubles champions du monde en titre, les Français débutent une nouvelle ère et espèrent reconquérir leur titre européen qui appartient à l’Irlande depuis l’année dernière. À condition de franchir cette première marche.

Si l’on regarde rapidement le palmarès de la compétition, le titre devrait revenir cette année à l’Écosse ou l’Italie. C’est un constat légèrement provocateur mais la couronne européenne change de tête inexorablement depuis quatre ans. Le pays de Galles l’emportait en 2016, l’Angleterre en 2017, la France en 2018 et l’Irlande en 2019. À qui le tour ? Sur la ligne de départ, la France est forcément l’équipe à abattre puisqu’elle se présente forte de deux titres de champions du monde consécutifs. De plus, les Bleuets font preuve d’une belle régularité sur la scène européenne puisqu’ils ont toujours terminé aux deux premières places depuis 2014. Néamoins, ce premier rendez-vous est déjà un moment important de la saison des moins de 20 ans qui chercheront à conquérir un troisième titre mondial consécutif en Italie au mois de juillet prochain. En effet, affronter l’Angleterre n’est jamais anodin pour les Français, d’autant plus que la dernière victoire tricolore dans le Tournoi des 6 Nations remonte déjà au 18 mars 2016 à Pau (41-17).

Nouveaux joueurs, nouveau staff, nouvelle aventure

"C’est effectivement un gros morceau pour commencer cette nouvelle aventure, reconnaît le manager Philippe Boher, mais il ne faut pas oublier le pays de Galles ou l’Irlande qui a réalisé le Grand Chelem l’an dernier. L’Angleterre est une grosse équipe. Les Anglais doivent d’ailleurs dire la même chose de nous, même s’ils viennent de remporter les trois dernières confrontations dans cette compétition. Mais pour préparer ce match, j’ai vu des joueurs puissants, rapides, déterminés et enthousiastes." Un groupe qui n’a pas forcément la même expérience que lors des précédentes saisons puisque peu de joueurs étaient présents l’an passé. Un renouvellement au niveau de l’effectif mais aussi du niveau du staff technique, Philippe Boher est maintenant encadré par David Ortiz, ancien directeur du centre de formation de l’Union Bordeaux-Bègles et par l’ancien international Fabrice Estebanez. Beaucoup de changements donc qui laissent à penser que c’est véritablement une nouvelle aventure qui va démarrer ce samedi à Grenoble. "Chaque saison, c’est une nouvelle histoire. C’est l’heure de la génération 2000 avec quelques éléments de 2001 et même un joueur de 2002. Cette nouvelle équipe doit avoir une nouvelle identité, un nouvel élan, une nouvelle émulsion pour aller chercher quelque chose de fabuleux. C’est-à-dire un maximum de victoires dans ce 6 Nations et ensuite se positionner comme un leader au prochain championnat du monde. Il faut que cette équipe de France des moins de 20 ans soit comme l’équipe de France de handball depuis quelques années. Les entraîneurs sont passés, les joueurs aussi. Il y a eu les Barjots, les Experts et ainsi de suite mais ils ont toujours gagné."

Pour mieux appréhender ce match face à l’Angleterre, les Bleuets sont partis en stage au début du mois de janvier à Naples, en Italie. Ils ont aussi pu s’entraîner sous les ordres du staff du XV de France avec Fabien Galthié et ses adjoints à la baguette. "C’était un excellent temps de travail, poursuit Philippe Boher notamment satisfait par le niveau physique de ses troupes. Après, nous n’avons pas eu beaucoup de temps pour préparer spécifiquement ce match face à l’Angleterre. Cela s’est résumé à quatre entraînements même si nous avons fait des séances vidéos. Mais c’était assez peu pour préparer stratégiquement ce premier match." L’envie d’enfin battre l’Angleterre dans le Tournoi et le soutien du public grenoblois devront aider les Bleuets à faire le grand saut.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir