Petit frère, grande fierté

  • Julien Marchand a su trouver de l’avancée dans la défense adverse mais il a aussi été performant en mêlée fermée. Une prestation convaincante et soulignée par son petit frère Guillaume.
    Julien Marchand a su trouver de l’avancée dans la défense adverse mais il a aussi été performant en mêlée fermée. Une prestation convaincante et soulignée par son petit frère Guillaume. Midi Olympique - Patrick Derewiany
  • Julien Marchand a su trouver de l’avancée dans la défense adverse mais il a aussi été performant en mêlée fermée. Une prestation convaincante et soulignée par son petit frère Guillaume.
    Julien Marchand a su trouver de l’avancée dans la défense adverse mais il a aussi été performant en mêlée fermée. Une prestation convaincante et soulignée par son petit frère Guillaume. Midi Olympique
  • Julien Marchand a su trouver de l’avancée dans la défense adverse mais il a aussi été performant en mêlée fermée. Une prestation convaincante et soulignée par son petit frère Guillaume.
    Julien Marchand a su trouver de l’avancée dans la défense adverse mais il a aussi été performant en mêlée fermée. Une prestation convaincante et soulignée par son petit frère Guillaume. Midi Olympique
Publié le

Devant sa télévision, Guillaume Marchand - petit frère de Julien et lui aussi talonneur du Stade toulousain - a apprécié la performance de son aîné, particulièrement actif et incisif face aux italiens. il souligne sa grande forme physique et son leadership indéniable.

Pour l’ouverture du Tournoi, face au XV de la Rose, Guillaume Marchand avait fait le déplacement jusqu’au Stade de France pour soutenir le grand frère. Une semaine plus tard, c’est depuis son canapé qu’il a apprécié la performance de Julien contre l’Italie. Quelques minutes après le coup de sifflet final, il avouait en souriant : "C’est moins stressant devant la télé. On vit les choses différemment dans les tribunes. On connaît la difficulté d’un match contre l’Angleterre et on a toujours peur de la blessure…" Surtout depuis le terrible épisode de 2019, quand il était sorti sur civière au bout de la défaite devant les Gallois, gravement touché au genou. "C’est beau de le revoir à ce niveau, apprécie son cadet. ça me fait vibrer. L’an passé, il avait quitté la compétition de la plus triste des manières." Surtout, lui fut (et sans aucune mauvaise foi !) sous le charme du match réalisé par son partenaire pas comme les autres en club : "Je l’ai trouvé en grande forme. Il voulait bien faire, comme tous ses coéquipiers, et il a été très dynamique et présent. Je suis fier de lui." Julien Marchand s’est constamment proposé sur les premières relances de jeu et il est parvenu à trouver de l’avancée dans la défense italienne. Une constante chez le joueur, qui rappelle combien son rôle est capital dans le système toulousain, où son activité est ultra précieuse. Celle-ci s’est confirmée sur la scène internationale. "Il a pris beaucoup de ballons sur les petites cellules, ou autour des rucks et en sortie de mauls, analyse celui qui évolue au même poste. C’est bon signe, c’est le Julien que tout le monde connaît. Je le savais bien sur le plan physique car il a bossé très dur ces derniers temps. Il voulait se montrer à son avantage et, à mon sens, il y est arrivé." Un plaisir partagé avec Cyril Baille, l’ami de si longue date : "Ils se connaissent par cœur. C’est un avantage, notamment en mêlée."

"Il a la faculté à resserer autour de lui"

Julien Marchand est donc à créditer d’une prestation convaincante. Lui qui traverse un début de Tournoi particulier puisque le maillot frappé du numéro 2 était promis à Camille Chat, dans la continuité de sa belle Coupe du monde. Mais le forfait du Racingman a propulsé le Toulousain en première ligne : "Il a pris les choses avec enthousiasme. Il était conscient qu’il serait plus exposé mais ce n’est pas un problème. Une blessure, c’est triste, c’est embêtant pour Camille mais le malheur des uns fait le bonheur des autres, si je puis me permettre…" Avant le clin d’œil pour un autre pensionnaire toulousain : "Cela a offert à Peato (Mauvaka) l’opportunité d’entrer dans le groupe. Je suis content pour les deux." Même si Chat sera de retour au pays de Galles. "Cela tire chacun vers le haut, affirme Guillaume Marchand. Camille et Julien ont tant d’arguments à amener. Ils se côtoient depuis les sélections jeunes et ont l’habitude de vivre sainement leur concurrence." Au-delà, son frère, capitaine au Stade toulousain, possède cette capacité à insuffler une forme de leadership dans le jeune pack français. "Son apport se voit de plus en plus dans ce rôle. Je ne crois pas qu’il prenne la parole sans arrêt mais, dans le comportement, il a la faculté à resserer autour de lui. Il est un talonneur expérimenté du Top 14." Un point noir toutefois ? Il concernerait la touche, même si le lanceur ne peut toujours être incriminé et si le problème est d’abord collectif. "Je ne sais pas exactement ce qu’il s’est passé, explique Guillaume. Une erreur individuelle sûrement sur chaque ballon perdu et l’ensemble en prend un coup. C’est le secteur faible depuis le début du Tournoi mais j’ai eu Julien après l’Angleterre et ça ne le fait pas douter. Il demande des avis qui peuvent lui être bénéfiques et prend de la hauteur. Il sait passer à autre chose." Et avancer, comme au cœur des défenses.

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?