• Laurent Travers  (Racing 92).
    Laurent Travers (Racing 92). Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Travers sera président

Au Racing, on a l’habitude d’anticiper les événements et, de toute évidence, Jacky Lorenzetti a déjà une idée de son successeur : celui-ci n’est d’ailleurs pas bien loin : Laurent Travers…

Ceux qui, dans les Hauts-de-Seine, ne supportent pas Laurent Travers feraient mieux de partir tout de suite. Parce qu’en tout état de cause, l’ancien talonneur de Brive, champion d’Europe avec le club corrézien en 1997, sera encore au Racing 92 pour de (très) nombreuses années. Aujourd’hui à la tête du projet sportif du club du "92", actuel quatrième du Top 14 et qualifié pour les quarts de finale de la Champions Cup, ledit "Toto" a déjà offert à son patron Jacky Lorenzetti un titre de champion de France en 2016, une flopée de demi-finales et, depuis son arrivée au club au printemps 2013 (il était alors accompagné de Laurent Labit, aujourd’hui au chevet des Bleus), les Ciel et Blanc se sont toujours qualifiés pour les phases finales du championnat.

Pourtant, lui qui avait débarqué en banlieue parisienne en tant qu’entraîneur verra ses fonctions au club évoluer considérablement, dans un futur pas si lointain. Et de toute évidence, Laurent Travers (51 ans) deviendra à terme (d’ici deux saisons ?) le président du directoire du Racing 92.

Jacky Lorenzetti : "Beaucoup plus qu’une hypothèse"

La semaine dernière, le patron actuel, Jacky Lorenzetti (72 ans), nous confiait donc à ce sujet : "Il n’y a pas de secret là-dessus. Moi, je resterai au travail jusqu’à la fin. Mon rêve, c’est même de finir comme Molière, sur les planches. Mais arrivera un moment où je prendrai du recul, je deviendrai président du Conseil de Surveillance du club et je nommerai un président du directoire, qui mènera le bateau au quotidien." Et en ce cas-là, qui aurait le profil et la confiance du patron ? "Je m’entends bien avec Laurent Travers, poursuivait Lorenzetti au fil de la même conversation. Il n’est pas seulement un bon manager sportif, c’est aussi un excellent financier et un bon comptable. Plus jeune, il a été patron de huit banques Crédit Agricole du côté de Sarlat (Dordogne, N.D.L.R.) et a le sens des responsabilités. On est sur la même longueur d’onde, voilà… Il n’y a pas d’échéance précise mais c’est beaucoup plus qu’une hypothèse."

Marc DUZAN (avec A. B.)
Voir les commentaires (1)
Sur le même sujet
Réagir
Les commentaires (1)
STaddict Il y a 4 jours Le 14/02/2020 à 12:29

Patron de banques devenu entraîneur...
Puis entraîneur devenu stratège d’entreprise...
C’est pas si éloigné car la stratégie sportive est du même acabit...
Reprendra-t-il som compete Labit lorsque sa mission auprès l’EDF sera achevée ?