• Vincent Lucas, ancien demi de mêlée du club, a construit le bar, d'une longueur de vingt-et-un mètres.
    Vincent Lucas, ancien demi de mêlée du club, a construit le bar, d'une longueur de vingt-et-un mètres. DR / DR
  • L'ailier international, Rémy Grosso, formé au Rhône Sportif, était présent pour l'inauguration, aux côtés des vice-présidents, Alexandre Bonucci (à gauche) et David Donchex (à droite).
    L'ailier international, Rémy Grosso, formé au Rhône Sportif, était présent pour l'inauguration, aux côtés des vice-présidents, Alexandre Bonucci (à gauche) et David Donchex (à droite). DR / DR
Publié le / Modifié le
Fédérale 3

Le Rhône Sportif va recevoir

Le club villeurbannais s'est doté d'un nouveau bâtiment flambant neuf, inauguré jeudi soir. Sur le plan sportif, il doit retrouver de l'élan pour aller décrocher son maintien, avec six réceptions lors des huit dernières journées de Fédérale 3.

Le changement est saisissant. Passé le portail du stade de l'Abbé Firmin, antre du Rhône Sportif (Villeurbanne – Fédérale 3), il était difficile de reconnaître les lieux. "Quand je suis arrivé, je me suis demandé où j'étais", souriait Rémy Grosso, formé au club, et venu assister à l'inauguration du bâtiment.

A quelques mètres de l'antique bicoque, détruite il y a quelques mois, où se situait la buvette, se dresse un nouveau bâtiment. Au sol, le gravier blanc a été remplacé par un bitume flambant neuf, et un marquage au sol délimite les places pour les voitures. A l'intérieur du bâtiment, il y a foule en ce jeudi soir. Le président du Rhône Sportif, Romain Moncayo, et les deux vice-présidents, David Donchex et Alex Bonucci, deux anciens joueurs historiques du club, au four et au moulin pour leur club accueillaient le maire de Villeurbanne, Jean-Paul Bret, le président de la ligue Aura, Patrick Celma, et l'ailier international, Rémy Grosso, présents pour l'inauguration. Avec près de 400 m2 de surface, dont la moitié dédié au réceptif, un vestiaire arbitre, une salle de musculation, le Rhône Sportif s'est doté d'un outil moderne qui va peut-être faire des jaloux. Collé au terrain, bordé de portes vitrées sur toute la longueur de l'espace réceptif, il est également doté d'un bar d'une longueur total de vingt-et-un mètres, construit par l'ancien demi de mêlée, Vincent Lucas, menuisier de son état.

Propriétaire de son terrain et des bâtiments, le club s'est mis en quatre pour financier le projet d'un coût de cinq cent mille euros, avec une subvention de la mairie de Villeurbanne, un gros geste de la part des partenaires et mécènes du club, et un emprunt sur quinze ans, contracté par le club. Il a également bénéficié des bonnes volontés de chacun, venus donner un coup de main.

"J'ai eu la chance de connaître ce qui se fait de mieux sur le plan rugbystique mais je n'ai jamais retrouvé ce que j'ai trouvé ici, soufflait-il devant l'assistance. Les mecs viennent ici parce ce qu'ils en ont envie. Et on peut toujours avoir le plus beau bâtiment, on se sera toujours rhôniste ! J'espère que c'est le symbole des cent prochaines années du club."

La soirée s'est ensuite terminée – les "Rhônistes" ne faisant souvent pas les choses à moitié - par un feu d'artifice spectaculaire sur le terrain principal.

En attendant de voir d'autres projets se réaliser (une tribune et un terrain d'entraînement), il y a un autre feu d'artifice à allumer, dans le jeu, sur le terrain. Lanterne rouge de la poule 3 de Fédérale 3, le Rhône Sportif va recevoir à six reprises lors des huit dernières journées ! "Et nous ne sommes qu'à moins trois au classement britannique, rappelle Marc Plantevit, l'entraîneur des trois-quarts. Cela nous situe dans ce classement à la septième place de la poule." Et les "Rhônistes" ont déjà prouvé la saison dernière qu'ils avaient la faculté de ne pas lâcher. Longtemps relégables, ils avaient alors effectué une remontée fantastique pour se maintenir sportivement lors de la dernière journée grâce à une victoire contre Saint-Jean-de-Bournay. "Pour moi, la question de savoir si nous allons nous maintenir ne se pose pas, tranche l'ouvreur ou arrière, Kader Touizrat. Nous avons les cartes en main à condition de gagner nos matchs à domicile." Cela commencer dès ce dimanche, avec la réception de Riom, puis successivement de Villars et de deux concurrents directs pour le maintien : Bellegarde et Andrézieux Bouthéon. Avec un nouvel espace réceptif flambant neuf, ce serait dommage de ne pas mettre les petits plats dans les grands pour recevoir ses adversaires.

Sébastien Fiatte
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir