Dupont tout bon

  • Antoine Dupont
    Antoine Dupont Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Auteur de prestations déterminantes, tant sur le plan offensif que défensif, Antoine Dupont a réalisé un début de Tournoi des 6 Nations 2020 exceptionnel. Fabien Galthié, qui a toujours apprécié le profil du joueur, en a fait un de ses hommes de base. Déjà responsabilisé au Stade toulousain où Ugo Mola l’avait nommé parmi les vice-capitaines la saison dernière, le demi de mêlée tricolore possède, par sa présence et son jeu, un leadership naturel. Le joueur à suivre.

Au lendemain de la victoire contre l’Angleterre, Fabien Galthié s’était permis de chambrer Antoine Dupont, auteur d’une prestation "XXL" la veille mais coupable d’avoir propulsé le ballon en tribunes une minute trop tôt après avoir mal lu le temps affiché sur l’écran géant du Stade de France : "Je lui ai proposé mes lunettes." Si les énormes "binocles" du sélectionneur en sont une, son demi de mêlée est l’autre sensation des dernières semaines. Avant de passer son match à coller des tampons et à renvoyer les Gallois dans leur camp à Cardiff, Dupont se plaçait sur le podium des mètres parcourus, des défenseurs battus, des passes après contact, des ballons récupérés et des franchissements depuis le début de la compétition. Colossal ! Affirmer que le Toulousain est le facteur X des Bleus est un doux euphémisme, il en est carrément l’un des patrons naturels sur le terrain, et cela n’a finalement rien de très étonnant. Si Galthié s’est autorisé à le brancher gentiment, il faudra bien creuser pour trouver quelconque trace d’une critique de sa part à l’endroit du joueur. Cela fait d’ailleurs des années que ça dure, bien avant que le technicien ne prenne les rênes du XV de France ou même qu’il n’intègre le staff. Depuis longtemps, l’ancien numéro 9 loue les qualités exceptionnelles du garçon et appelle à la liberté d’expression le concernant. Et il ne faut pas oublier que, lorsqu’il avait été nommé entraîneur de Toulon en 2017, en même temps que Dupont s’était engagé en faveur de Toulouse mais se posait des questions alors que le Stade venait de finir douzième du Top 14, il avait fait des pieds et des mains pour que Mourad Boudjellal rachète le contrat de l’ancien Castrais. Il avait aussi cherché à convaincre le principal intéressé...

Les coups de fil de Galthié

Dupont avait choisi d’honorer son contrat au Stade toulousain, ce qu’il ne doit pas regretter. Mais Galthié lui a toujours voué une grande admiration. L’autre preuve ? à partir de son arrivée dans l’encadrement de Jacques Brunel en avril 2019 en vue du Mondial japonais, le statut du joueur n’a fait que se renforcer sur la scène internationale. Titulaire lors des trois matchs de préparation à la compétition, il était bien sûr installé à son poste pour les deux gros rendez-vous en terres nipponnes, contre l’Argentine et le pays de Galles. Et s’il n’était pas dans le groupe contre les Etats-Unis puis simple remplaçant face au Tonga, c’était juste pour le ménager alors qu’il connaissait déjà des problèmes de dos qui l’ont éloigné des terrains pendant deux mois et demi après le Mondial. Puis, malgré l’inquiétude qui entourait son cas et les polémiques naissantes sur la gestion de sa blessure, le nouveau boss des Bleus a entretenu le contact avec lui. "J’ai eu Fabien au téléphone plusieurs fois, qui prenait des nouvelles, nous confiait récemment Dupont. On échangeait sur le projet de jeu, le système ou le cadre de vie. C’était important et rassurant pour moi. Il ne m’a pas dit que je serais pris d’office, mais de reprendre quand je serai prêt."

Les raisons de cette bienveillance ? Dupont est un joueur à part, hors normes. Et Galthié savait qu’il en ferait un de ses leaders. Sans doute parce qu’il mesurait combien il aurait besoin de lui pour atteindre son objectif, à savoir que l’équipe de France retrouve le top 3 mondial. Partout où Dupont passe, il ne laisse jamais indifférent. Il y a trois ans, peu après qu’il ait débarqué à Toulouse, Yoann Huget nous avait assuré : "Il est incroyable. Par ses qualités exceptionnelles et son naturel, il s’est imposé à une allure folle ici pour se rendre indispensable." Interrogé il y a quelques jours sur son coéquipier pas comme les autres, l’ailier international fut encore élogieux : "Antoine, c’est un nouveau moule. Il est inclassable. Dire qu’il ressemble à tel ou tel joueur, c’est difficile. Disons qu’il se rapproche d’un Byron Kelleher car il est très explosif, il va vite, il a les mains, le pied... Il aime quand ça brille avec les trois-quarts mais il apprécie également d’aller au fourneau avec les avants. En fait, là où il y a le ballon, il y a Antoine. S’il fait beau, il va venir derrière. Mais s’il pleut, il endosse le numéro 8 bis !" Ce qui fait de lui un des meilleurs neuf de la planète désormais. "Il y a les équipes avec Antoine Dupont et celles sans Antoine Dupont", nous glissait il y a peu un manager du Top 14.

Leadership et tempérament

S’il est point moins évident pour certains, il tient dans la faculté du bonhomme à entraîner dans son sillage. Antoine Dupont est un leader, par la place qu’il prend, bien plus que par ses mots. "C’est un taiseux qui reste souvent dans un coin, un garçon très intelligent et tranquille, poursuit Huget. Mais il s’entend bien avec tout le monde. Il n’a pas besoin de parler pour se faire comprendre. Avec Julien Marchand et Romain Ntamack, il sera, selon moi, un futur capitaine du Stade toulousain. Il faudra compter sur lui."

Ce que confirme son entraîneur, Régis Sonnes : "Il est assez discret mais possède un leadership naturel par son jeu. Il n’est pas dans l’expression verbale mais dans l’action. Il gagne le respect par ce qu’il fait sur le terrain. Par exemple, on sent que les avants ont confiance en lui, par ses qualités physiques, il peut répondre à l’intensité et les aider dans certaines tâches." Aussi parce que Dupont est un compétiteur phénoménal, ce qui lui confère une force de caractère hors du commun. La marque des plus grands.

S’il se présente si calme et flegmatique en apparence, il cache un volcan en sommeil, lequel se réveille dès qu’il pénètre sur une pelouse. "ça bout à l’intérieur, nous avait un jour dit à son sujet Pierre-Henry Broncan, son ancien entraîneur à Toulouse avec qui il entretient des liens étroits depuis son passage à Auch. Il donne l’impression que tout coule sur lui mais il n’en est rien. Sur le plan sportif, il calcule tout, réfléchit à tout et remet tout en cause. Ce n’est pas maladif mais pas loin." La victoire, autant que la performance, sont une obsession chez lui. Et le même Broncan, au moment d’évoquer ce tempérament explosif un jour de novembre 2018, prophétisait : "Toulouse en a eu besoin pour se relancer, ce sera pareil pour l’équipe de France. C’est ce genre de joueurs qui te fait gagner. Il faut aussi des suiveurs mais ils ne t’emmènent pas au succès. Antoine est de la trempe des champions." L’actualité ne peut que le confirmer.

Voir les commentaires
Réagir