Saga Stade français - Kremer, la grinta en plus...

  • La grinta en plus...
    La grinta en plus... Steeve Haag / Icon Sport / Steeve Haag / Icon Sport / Steeve Haag / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

En quête d’un joueur de caractère, capable de sauter en touche et de densifier son paquet d’avant, le Stade français a réussi un gros coup en attirant le Puma Marcos Kremer.

Avez-vous déjà croisé le chemin de Marcos Kremer ? Le garçon impressionne avec ses 200 centimètres sous la toise et ses 110 kg. Visage anguleux, regard noir et barbe fourni, il peut même franchement effrayer le quidam. "C’est surtout un garçon très déterminé, souligne le manager du Stade français Gonzalo Quesada, avec un caractère bien trempé." Le technicien argentin sait de quoi il parle : il l’a entraîné ces deux dernières années au Jaguares. Un avantage non négligeable pour le convaincre de rejoindre le Stade français. Parce que Marcos Kremer, c’est le gros coup du recrutement parisien. À seulement 23 ans, le natif de Concordia compte déjà 28 sélections avec les Pumas. Rien que ça. "C’est un cas surprenant, raconte Quesada. Il vient d’une province (N.D.L.R. : Entre Rios) où il n’y a quasiment pas de rugby. Il y a quelques clubs dont celui où il a débuté (N.D.L.R. : Club Salto Grande Rugby)." En 2015, il rejoint l’Athlético de Rosario. Il n’est pas encore majeur qu’il dispute ses premiers matchs avec l’équipe première. Et impressionne. À tel point qu’à 18 ans, il joue ses premiers matchs en Super Rugby avec les Jaguares. "Il a aussi fait deux Coupes du monde des moins de 20 ans, ajoute Quesada. Marcos Kremer a pourtant connu une chemin sinueux. En 2018, alors qu’il est en Europe avec les Pumas pour la tournée de novembre, il prend la décision de rentrer en Argentine et de ne disputer aucun match. La raison ? Sa fiancée, alors âgée de seulement 23 ans, vit ses dernières heures, victime d’une leucémie. Une épreuve difficile dans laquelle le joueur tire force et courage.

Symbole d’un nouvel état d’esprit

Venir jouer en Europe n’était las volonté première du joueur. Crise de la Covid-19 oblige, le flanker a été contraint de revoir ses plans. Le choix du Stade français s’est fait naturellement. Non seulement, il a suivi les pas de Quesada, mais il a aussi retrouvé son ancien capitaine Pablo Matera et l’ouvreur Nicolas Sanchez. Sur le terrain, Kremer est attendu dans un registre qui a parfois fait défaut au Stade français l’an dernier. "C’est un joueur très agressif, souligne Quesada. Techniquement, ce n’est pas le plus doué. Pas le genre à faire des offload ou autres. Mais dans le combat, il est dur. Il gagne la plupart de ses duels, que ce soit en défense ou en attaque. Plus jeune, c’était un joueur qui écopait souvent de carton, qui faisait beaucoup de fautes. Mais son expérience dans le Super Rugby a été précieuse. Durant ces deux dernières années, j’ai eu la chance de l’entraîner et j’ai vu son évolution. Il a vraiment un profil intéressant pour le Top 14. " Pour une équipe en quête d’un nouvel état d’esprit, mais aussi de se faire respecter, le Puma a le profil idoine.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir