Saga Stade français - Quesada : « Redonner un peu de fierté à ceux qui aiment le club »

  • Head coach Gonzalo QUESADA and Owner and President, Dr Hans-Peter WILD during the Press Conference Stade Francais at Stade Jean Bouin on June 30, 2020 in Paris, France. (Photo by Elliott Chouraqui/Icon Sport) - Hans PETER WILD - Gonzalo QUESADA - Stade Jean Bouin - Paris (France)
    Head coach Gonzalo QUESADA and Owner and President, Dr Hans-Peter WILD during the Press Conference Stade Francais at Stade Jean Bouin on June 30, 2020 in Paris, France. (Photo by Elliott Chouraqui/Icon Sport) - Hans PETER WILD - Gonzalo QUESADA - Stade Jean Bouin - Paris (France) Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Revenir dans un club où en quatre ans il a glané deux trophées n’est pas aisée. C’est le défi qu’a décider de relever le technicien argentin Gonzalo Quesada.

Vous êtes de retour après avoir dirigé le club durant quatre ans de 2013 à 2017, n’est ce pas risqué ?

Si j’étais carriériste, sans doute y avait-il des choix plus pertinents que de revenir au Stade français. Mais j’ai toujours été guidé par mon ressenti et par les opportunités qui se présentent. L’aventure humaine a toujours été très importante pour moi.

Mais peut-on faire du neuf avec du vieux ?

Revenir au Stade français qui sort d’une période difficile, c’est forcément plus risqué que de signer dans un nouveau club très stable où la comparaison avec le passé n’aurait pas été possible. Mais j’aime le Stade français, l’état d’esprit qui y règne, les hommes qui composent ce club. J’aime aussi Paris. Et je suis convaincu que nous pouvons remettre le Stade français parmi les meilleurs clubs de France. Pour moi, c’est un beau challenge.

Le projet de Thomas Lombard repose sur l’historique du club, c’était aussi votre volonté à l’époque où vous étiez déjà manager…

Nous sommes en parfaite adéquation. Lors de mon premier passage, j’avais demandé à faire décorer les murs de Jean-Bouin avec des images des anciens glorieux du club. Je voulais que les joueurs se sentent imprégner d’une histoire. Le Stade français a cette chance d’avoir une histoire et un ADN très fort. On doit s’en inspirer et mais surtout travailler dessus pour que le groupe actuel écrive aussi son histoire.

Quels sont les objectifs que vous avez fixés à votre groupe ?

Nous avons beaucoup travaillé durant cette préparation pour faire en sorte d’être prêt dès le début du championnat, pour être dans la bagarre très vite (N.D.L.R. : l’entretien a été réalisé avant l’annonce d’une dizaine de cas de Covid-19 au sein de l’effectif). L’objectif sera de redonner un peu de fierté à ceux qui aiment et qui suivent le club. Maintenant, nous avons complètement changé de système et de philosophie de jeu. Et quand une équipe sort de la saison précédente à la 14e place, il faut être très prudent dans la communication, respecter les treize autres équipes. Et rester très humbles mais aussi déterminés. Si on respecte tous les engagements que nous avons pris entre nous, nous ferons sûrement une saison bien meilleure que l’an passé.

Comment jugez-vous votre recrutement et, plus globalement, votre effectif ?

Thomas (Lombard) m’a très vite expliqué que j’aurai à ma disposition à peu près la même équipe que l’an passé, avec deux ou trois joueurs supplémentaires. Mais que nous ne pourrions pas beaucoup recruter. Devant, il nous fallait un joueur par ligne au minimum, nous les avons eus. Il nous fallait notamment des joueurs avec un fort caractère et capables de sauter en touche. Grobbler et Kremer ont cette qualité, Kakovin viendra renforcer notre première ligne et Veainu notre fond du terrain.

Quid de votre staff technique ?

Le staff, c’était forcément celui qui était en place. C’était à prendre ou à laisser. Évidemment, à l’arrivée dans un club, un manager aime bien arriver avec ses hommes. Mais la je connaissais presque tout le staff et j’ai confiance en eux, surtout en Laurent Sempéré et Julien Arias car je connaissais leur état d’esprit. J’ai découvert les entraîneurs et je suis ravi de collaborer avec eux. Ce staff a su poser des bases sur lesquelles nous allons pouvoir construire.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir