Saga Montpellier - Garbajosa : « Il ne faut pas enfermer les joueurs dans des postes »

  • Garbajosa : « Il ne faut pas enfermer les joueurs dans des postes »
    Garbajosa : « Il ne faut pas enfermer les joueurs dans des postes » Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Forcément frustré par la saison passée, Xavier Garbajosa assure que son club en a tiré les enseignements. Mais annonce qu’il restera aussi fidèle à ses principes de jeu.

Quel bilan avez-vous dressé de la saison dernière et quels enseignements en avez-vous tirés ?

La saison dernière a été tronquée pour les raisons que l’on connaît. Nous n’étions pas en bonne position, sans être catastrophiques non plus. Nous avons été éliminés de la Coupe d’Europe en perdant de peu notre premier match à domicile contre le Connacht. Ensuite, nous avons dû gérer les absences de nombreux garçons qui sont partis en équipe de France…

Cela vous a pénalisé ?

Je préfère voir cela comme une chose positive car c’est bien pour les clubs et les joueurs, et je suis content de les envoyer se frotter au très haut niveau. Quand ils rentrent, ils sont plus ambitieux. Seulement, nous avons manqué de quantité et de qualité dans notre effectif. On a joué des matchs avec seulement trois piliers, ou on a mis de gamins qui n’étaient pas tout à fait prêts, c’est tout. Cela nous a donc impactés, forcément, car nous ne l’avions pas anticipé. Notre saison a donc été délicate. Il faut s’en servir.

Qu’en avez-vous retenu ?

Il est important d’avoir une formation solide, tant en quantité qu’en qualité. La passerelle entre le centre de formation et les pros doit être la plus large possible, avec des flux montants et descendants afin de montrer aux gosses ce qu’est le haut niveau et de montrer aux pros que cela pousse derrière eux.

Vous avez aussi effectué un recrutement conséquent…

Le travail avait été mené en amont, au cours de l’année dernière. Nous avions ciblé plusieurs garçons, qui sont là aujourd’hui. On a voulu renforcer notre paquet d’avants car on souffrait trop des absences de Willemse, Camara ou Haouas. On voulait donc un paquet d’avants capable d’avancer en toutes circonstances. L’autre recrutement, moins visible, a été fait avec Joan Caudullo au niveau du centre de formation. Pendant le confinement, nous avons beaucoup travaillé pour faire venir les meilleurs jeunes au club. Et ça, c’est très positif aussi.

Vous avez recruté le centre anglais Alex Lozowski, que vous placez dans votre effectif parmi les ouvreurs. Est-ce le poste auquel vous voulez l’utiliser ?

Alex fait partie de ces garçons qui puent le rugby, comme Antho Bouthier ou d’autres. Peu importe le numéro qu’ils ont dans le dos, ils pigent. Ils sont complets, possèdent le sens du jeu et des convictions qui sont proches des miennes. Alex peut jouer partout dans la ligne, et nous ferons en fonction des besoins de l’équipe. Si la meilleure formule pour l’équipe place Lozowski en 10 et Pollard en 12, alors on fera ça. Toutes les combinaisons peuvent être imaginées. Le but n’est pas de faire plaisir à un seul joueur, c’est que l’équipe soit la plus efficiente possible. Nous avons beaucoup de joueurs polyvalents derrière, car cela correspond aussi à mon éducation. J’ai toujours pensé qu’il ne fallait pas enfermer les joueurs dans des postes. Sur les premières phases de jeu, ok. Mais ensuite, cela reste du jeu. Et la suppléance est importante aussi.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?