Les nouveautés de la saison : l’arbitrage vidéo fait son apparition

  • Arbitrage video during the Top 14 match between Lyon OU and Toulouse at MATMUT Stadium on September 1, 2019 in Lyon, France. (Photo by Romain Biard/Icon Sport) - ---
    Arbitrage video during the Top 14 match between Lyon OU and Toulouse at MATMUT Stadium on September 1, 2019 in Lyon, France. (Photo by Romain Biard/Icon Sport) - --- Icon Sport - Icon Sport
Publié le

La saison qui débute est déjà perturbée par la Covid 19 avec deux matchs reportés à l’heure où nous mettons sous presse : Mont-de-Marsan-Béziers et Rouen-Carcassonne. On espère que la série s’arrêtera là (lire ci-contre). Évidemment, les participants sont exactement les mêmes qu’en 2019-2020, puisqu’il n’y a eu ni descente ni montée à cause de l’épidémie.

Précision, les deux derniers seront relégués en Nationale et remplacés par les deux finalistes de l’échelon inférieur. À la différence de ce qui se passe en Top 14 - Pro D2, il n’y aura pas de barrage. Cette saison offrira une nouveauté, attendue depuis longtemps, l’introduction de l’arbitrage vidéo. Exactement comme en Top 14. La LNR a fait l’effort pour une mesure qui coûte cher. Dans le passé, elle avait été évaluée à 2,5 millions d’euros.

Reste la question de l’exposition télévisée. Pour l’instant, Canal + détenteur des droits n’a pas trouvé de terrain d’entente avec Eurosport, diffuseur de la compétition depuis 2015.

Le groupe Canal + diffusera donc les matchs

  • Le jeudi soir sur Canal + Sport – 20 h 45
  • Le vendredi soir sur Rugby +, cinq matchs – 19 heures, horaire nouveau pour ne pas se chevaucher avec le Top 14
  • Le samedi soir à 21 heures sur Canal + Sport, nouveauté
  • Le dimanche à 14 heures sur Canal + Sport

À noter qu’il y a dans ce championnat six anciens champions de France : Béziers, Perpignan, Mont-de-Marsan, Montauban, Biarritz et Grenoble. L’USAP est le champion le plus récent, 2009, soit onze ans. Le plus ancien champion est Grenoble, 1954, soit soixante-six ans.

Le club de Pro D2 le plus ancien sans monter ni descendre est le Stade Aurillacois pensionnaire de ce championnat depuis 2007, soit treize ans de présence continue.

On retrouvera dans ces seize équipes quelques internationaux français : citons Damien Chouly (Perpignan), Julien Rey et Félix Le Bourhis (Carcassonne), Yvan Watremez (Biarritz), William Demotte (Grenoble), Julien Le Dévédec (Aix-en-Provence), Lionel Beauxis (Oyonnax) et Alexis Palisson (Colomiers, photo) qui a participé à une finale de Coupe du monde. L’ancien Wallaby, Henry Speight a rejoint les rangs du Biarritz Olympique. Tout comme l’ex-All Black Francis Saili.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?