Coup de massue sur Oyonnax

  • Thierry Emin, président d'Oyonnax.
    Thierry Emin, président d'Oyonnax. Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Touché de plein fouet par la Covid, le club de l'Ain se retrouve dans la plus totale incertitude.
 

"On a pris un véritable coup de massue. Vendredi soir, quand les résultats des tests nous sont parvenus nous avons cherché à nous remonter le moral les uns les autres, mais c'était impossible. Les joueurs positifs cherchaient à comprendre où et quand ils ont pu être contaminés. Tous sont assymptomatiques" explique Thierry Emin. Le président d'Oyonnax Rugby avait imaginé un autre scénario pour la reprise, six mois après le dernier match livré par son équipe: "on a le sentiment de démarrer la saison en marche arrière. C'est le pire que l'on pouvait imaginer. Notre préparation a déjà été perturbée par la Covid. Nous avions eu deux cas mi-août et nous avions du annuler le match amical prévu à Nevers."


Jeudi, les joueurs, le staff mais aussi le personnel administratif qui partage les mêmes locaux de l'Oyomen Factory, ont été testés. Vendredi, en début de soirée, ls résultats sont tombés et ont aussitôt été transmis à la LNR. "Nous avions plus de trois joueurs mais aussi un membre du staff positifs" révèle Thierry Emin sous le choc. "Nous avions beaucoup travaillé pour préparer cette reprise et il a fallu tout annuler. Nous avions engagé des frais pour le volet réceptif. Nous allons donner les denrées à une association caritative. Il faudra aussi voir, à terme, la réaction de notre public privé de rugby depuis six mois et qui devra encore patienter. On espère que sa fidélité ne sera pas entamée".


Mais les préoccupations du président oyonnaxien sont avant tout sportives sachant que l'état sanitaire du moment peut entrainer un effet domino. Première conséquence, l'effectif va devoir repasser par des entraînements en petits groupes. Le déplacement à Carcassonne devrait lui aussi être impacté. Si les cas concernés ont été placés en quarantaine, les Oynnaxiens seront à nouveau testés mercredi et samedi. Dans ces conditions, la tenue du match à Carcassonne ce vendredi apparaît plus que compromise, mais un simple décalage, dimanche voire lundi, peut être envisagé. "On ne sait pas comment la situation va évoluer" s'inquiète Thierry Emin, "ce vendredi le département de l'Ain est passé en zone rouge. Si nous devons décaler à lundi prochain notre match à Carcassonne nous ne pourrions pas enchainer le jeudi avec un déplacement à Soyaux-Angoulème, là aussi il y aura certainement un changement de programme."


Les Oyonnaxiens sont dans le flou. Pour eux la saison débutera plus tard. Quand ? C'est la grande question. Thierry Emin attend la réponse en cherchant à rester positif "nous avons la chance d'avoir un groupe qui a peu changé. Il a ses repères, ses automatismes. Nous sommes prêts".

Jean-Pierre DUNAND.
Voir les commentaires
Réagir