Les Saracens, le nouveau défi de Colombe

  • Le défi de Colombe
    Le défi de Colombe Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Mêlée épatant en quart de finale, le pilier droit du Racing, Georges-Henri Colombe, jouera une partie encore plus rude face aux Saracens, peut-être décisive pour son avenir…

C’était une des inconnues du quart de finale Clermont-Racing 92, et c’en fut un des enseignements majeurs… Après s’être volontairement privés des services de leur droitier Ben Tameifuna, les Franciliens étaient soupçonnés d’être devenus friables sur le côté droit de leur mêlée, désormais occupé par les jeunes Georges-Henri Colombe et Ali Oz. Les Auvergnats le savaient parfaitement, et avaient décidé de porter leurs efforts de ce côté de la mêlée. Reste que la retraite de Benjamin Kayser n’a toujours pas été complètement digérée, le jeune étienne Fourcade n’affichant pas les mêmes prédispositions dans l’épreuve de force que son prédécesseur. Un manque de puissance qui a notamment conduit le pilier gauche étienne Falgoux à user de poussées en travers sévèrement réprimées par M. Poite, qui lui valurent plusieurs pénalités et même un carton jaune. Une indiscipline fatale en somme pour des Auvergnats privés de solutions…

Vunipola-George, terrible étau

Faut-il en conclure toutefois qu’après avoir passé sans encombres ce crash-test, Georges-Henri Colombe constitue une assurance tous risques au plus haut niveau ? Pas encore, malheureusement. Pour ce faire (et vérifier si le jeune Francilien peut constituer un candidat crédible au XV de France pour les tests d’automne à l’instant de trouver une alternative à Mohamed Haouas) il faudra encore attendre ce week-end, et l’affrontement face aux Saracens… Face au Leinster, ces derniers ont en effet affiché une puissance collective impressionnante, qui a pratiquement à elle seule permis aux Anglais de réaliser l’exploit en terre irlandaise. De quoi en déduire que, pris dans l’étau de Mako Vunipola et Jamie George, Georges-Henri Colombe va passer son véritable passeport pour le haut niveau ? C’est une évidence… Parce que ce n’est pas seulement dix kilos de pression supplémentaire sur chaque épaule que Colombe devra affronter, mais aussi une expérience internationale de 117 sélections cumulées, dont l’ASM était pratiquement dépourvue le week-end dernier. Un tout autre challenge donc, qu’il faudra pourtant asumer sous peine d’un échec qui s’avérerait très difficile à supporter. Pour l’avenir de Colombe au plus haut niveau d’abord, et bien évidemment pour toute son équipe. N.Z.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?