Goze, victime collatérale de la réélection de Laporte

  • Paul Goze
    Paul Goze Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Paul Goze pourrait avoir abandonné ses espoirs de poursuivre sa mission à la tête de la LNR en voyant son ennemi intime, Bernard Laporte, botenir samedi sa réélection à la FFR. Explications.

Jusqu’ici, Paul Goze s’était bien gardé de trancher clairement son avenir, à la présidence de la LNR. «Les statuts prévoient qu’un président ne peut faire que deux mandats. C’est mon cas. Je ne peux donc pas me représenter à la présidence de la Ligue. C’est bloqué par les statuts» répondait-il encore, fin août dans nos colonnes. Sous-entendu: si les statuts changent, rien n’est impossible. C’est ce qu’il faisait savoir à son entourage.
Problème: pour changer ces statuts, il faut en passer par l’accord de la FFR. Pour cela, Goze et son premier cercle à la LNR croyaient en l’élection de Florian Grill, qu’ils soutenaient sans le dire.

La LNR court-circuitée?


Grill battu, la réconciliation FFR-LNR ne viendra pas. Du moins, pas tout de suite. C’est ce qu’il faut comprendre des récentes communications de Bernard Laporte. Avant sa réélection, déjà: «Après le 3 octobre, ceux qui y sont pour beaucoup (dans cette affaire) auront des comptes à rendre, le moment venu» promettait-il le 24 septembre, au sortir de sa garde à vue. C’est ici la Ligue qui était visée. Celle qu’il avait ciblée quelques heures plus tôt, déjà, dans un communiqué publié pendant sa garde à vue. «Je dérange le monde professionnel, que j’ai obligé à contribuer solidairement au monde amateur, et qui aimerait beaucoup me voir chuter.»
Tout juste réélu, ce samedi, Laporte a réaffirmé cette ligne stratégique. «L’unité sera mon credo lors de cette mandature. (…) Renouer le dialogue avec la Ligue, mais cela passera par les présidents de clubs. J’ai des amis parmi les présidents de club. Avec eux, on va discuter pour que cela soit un mandat constructif.» En clair, Laporte voudra désormais court-circuiter les dirigeants de la LNR, dans ses négociations, pour les affaiblir. Avant de provoquer leur chute. Et Goze, selon toute vraisemblance, n’obtiendra pas de réforme des statuts pour se représenter.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (4)
jacquot12 Il y a 2 années Le 04/10/2020 à 18:04

Beaucoup crient après Laporte, mais que disent-ils de Goze qui a présidé la LNR en vrai despote, prenant le luxe, par exemple, de reporter la date d'un certain match MHR-Racing pour faire plaisir à son copain président du Racing avec toutes les conséquences que l'on connait car, de plus, le Racing n'était pas impacté par l'histoire de fusion de l'avis même des entraineurs du Racing. S'il était resté neutre dans ce cas (ou en consultant alors Altrad), il n'y aurait pas eu toutes ces histoires. Je suis presque certain que cette affaire va revenir au premier plan; n'est-ce pas logique?

Boucholeurs17 Il y a 2 années Le 04/10/2020 à 16:33

Laporte a gagné mais le rugby ?

Boucholeurs17 Il y a 2 années Le 04/10/2020 à 16:25

Nanard a gagné mais le rugby ? Nanard chantre du monde amateur, une farce ! Les petits clubs disparaissent .... et le rugby pro coule ! Mais l'essentiel est là, Nanard est Président, Altrad tâcha les maillots de l'EDF, on va jouer 6 marchés internationaux devant des tribunes vides !! Et Nanard va continuer son grand show !! Écoeurant !!