Ça tourne à Bayonne !

  • Le troisième ligne Baptiste Héguy va enchaîner une deuxième titularisation.
    Le troisième ligne Baptiste Héguy va enchaîner une deuxième titularisation. Midi Olympique - Pablo Ordas
Publié le

L’Aviron surprend. Sans stars dans son effectif, avec un roulement instauré, les Basques avancent efficacement. Ils doivent encore confirmer face à l’un des meilleurs.

La surprenante équipe de Bayonne s’est distinguée le week-end dernier dans la capitale. Avec des joueurs qui se sont illustrés à l’image de Gaëtan Germain ou Yan Lestrade. Ce dernier avait toutefois précisé que la palme en revenait aux avants. Renvoi d’ascenseur justifié tant le pack a pesé sur le match. Avec, de plus, un huit remanié et des joueurs qui ont joué de la polyvalence. Yannick Bru ménage ainsi sa monture en vue de cette longue série de sept matchs d’affilée. Et les joueurs s’adaptent. Sur la pelouse de Jean-Bouin étaient alignés des anciens joueurs de Fédérale (Cormenier ou De Clercq), un troisième ligne monté d’un cran (Gorin) et un revenant à la compétition après près d’un an d’absence (Pyle). Et des titulaires sur le banc comme Monribot et Galarza. Un melting-pot payant. Et des statistiques flatteuses sur les phases statiques. "Les garçons ont été à la hauteur des espérances du staff, apprécie Joël Rey. Ils ne se posent pas de questions. On leur demande de changer leurs habitudes sur les postes. Pas un seul ne râle. Tout le monde est positif. Nous avons aussi besoin de ça car notre effectif n’est pas des plus étoffés. Il y a encore d’autres joueurs que l’on verra dans les semaines à venir : Darlet, Duputs, Taufa…"

Rey : "Ne pas tomber du chariot"

L’Aviron respire. Dans un contexte où il lui est toujours demandé de confirmer, la victoire face à Clermont a trouvé un prolongement. Et maintenant, ce succès à Paris doit trouver un écho face à La Rochelle. Une victoire mettrait Bayonne dans une étonnante dynamique. "Nous sommes conscients que l’effort fourni à Paris, il faut le valider, continue l’entraîneur des avants. Battre La Rochelle, c’est le minimum. C’est un club ambitieux de notre championnat. On doit montrer que nous pouvons rivaliser avec eux. Pour cela, il faudra rentrer avec le même état d’esprit qu’à Paris. Si nous sommes moyens à Jean-Dauger, il y aura beaucoup d’amertume. Après, si l’on se bat et que nous perdons, les regrets seront moindres…"

Que de chemin parcouru depuis les matchs de préparation, en fait quasiment le seul, face à Pau, qui avait engendré quelques inquiétudes. "Notre premier match contre Pau, on était à côté. Depuis, nous avons rectifié le tir. Mais attention, on ne doit pas tomber du chariot. Rien n’est fait. Tous les week-ends, il faut remettre le couvert et dans l’ordre… Mon inquiétude, elle est là." Et même si le championnat n’en est qu’à son début, ces bons résultats pourraient-ils ouvrir d’autres perspectives que le maintien, un mot que bien des observateurs accolent à l’Aviron ? "Le maintien, nous n’en parlons pas. Le but est de rester au contact de tous les autres, de batailler avec les autres. Pas de se laisser distancer. Il n’y a pas d’histoire de maintien ni de six premiers." à chaque jour suffit sa peine. La philosophie actuelle de Bayonne.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Edmond Lataillade
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?