Castres, c’est reparti comme en quatorze !

  • Benjamin URDAPILLETA of Castres Olympique during the Top 14 match between Castres and Agen on January 9, 2021 in Castres, France. (Photo by Laurent Frezouls/Icon Sport) - Stade Pierre Fabre - Castres (France)
    Benjamin URDAPILLETA of Castres Olympique during the Top 14 match between Castres and Agen on January 9, 2021 in Castres, France. (Photo by Laurent Frezouls/Icon Sport) - Stade Pierre Fabre - Castres (France) Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Rapidement en infériorité numérique à Lyon puis contre Agen, les Tarnais ont su profiter des vents contraires pour redresser la barre.

Voilà qui a inspiré une sortie pleine d’humour de la part de Pierre-Henry Broncan après la victoire face à Agen : "Peut-être que la prochaine fois, on démarrera le match à 14 !" Mais le technicien, promu récemment entraîneur en chef, a vite rassuré : "Non, plus sérieusement, on débutera à 15 et on terminera à 15." Derrière le sourire, il y avait un message envoyé à ses hommes, dont le contenu peut être ainsi résumé : le rugby, c’est quand même plus facile au complet. N’empêche, que ce soit à Lyon ou contre le SUALG, Castres a réussi à profiter des vents contraires pour redresser la barre. Le comble du paradoxe. Parce que cette équipe, après la défaite à domicile devant Brive alors qu’elle menait de quinze points à la pause, était en proie aux doutes et en grand danger au classement. Cette désillusion avait même précipité des remaniements dans le staff et l’éviction de Stéphane Prosper. Forcément, le déplacement au Lou dans la foulée, chez un ogre du Top 14, faisait craindre le pire. Surtout après l’expulsion de Yann David au bout de seulement quatre minutes.

Surfer sur cette dynamique

Mais, déjà évident lors des succès à Agen, à Pau, contre le Racing ou le match nul à Toulouse, cette formation - malgré ses limites - possède de vraies et belles ressources. Et elle a trouvé le terreau de sa renaissance dans l’adversité la plus totale. À Gerland avec ce triomphe majuscule, puis contre Agen, quand les Tarnais furent encore réduits à quatorze, après le carton rouge de Filipo Nakosi à la 3e minute et même menés de seize points. Là où de nombreuses troupes fragilisées, comme c’était leur cas, se seraient carrément écroulées, eux se sont relevés. "Je sens les joueurs très concernés pour l’avenir du club, se félicite Broncan. Gagner deux fois de suite à 14 démontre un état d’esprit." Pas question de garder la mauvaise habitude d’évoluer en infériorité numérique mais, face à des Montpelliérains en grave crise de confiance, il s’agit de surfer désormais sur cette nouvelle dynamique.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?