Le Pro D2 dit non à Fonteneau

  • Le Pro D2 dit non  à Fonteneau
    Le Pro D2 dit non à Fonteneau
Publié le

Les présidents du Pro D2 ont exprimé une préférence pour la candidature de Vincent Merling. Jean-françois Fonteneau en a tiré les conséquences et ne devrait pas se présenter au scrutin.

Les présidents de Pro D2 se sont réunis lundi dans un hôtel parisien, du moins pour douze d’entre eux. Mais les quatre autres ont participé aux débats en visioconférence. Ils ont évoqué plusieurs dossiers (lire ci-dessous) et ils ont procédé à une consultation avant l’élection à la présidence de la LNR. Un positionnement qui n’engageait à rien. Et selon nos informations, la candidature de Vincent Merling a été la plus soutenue, d’assez loin, devant celles d’Alain Tingaud, Jean-François Fonteneau et René Bouscatel.

C’est très important car les présidents du Pro D2 ont exactement le même poids électoral que leurs homologues du Top 14. Chaque voix est équivalente. Mais on serait tenté de dire que le Pro D2 pèse plus lourd puisqu’il compte seize clubs contre quatorze. Et on sait que lors des deux dernières élections, le soutien de l’étage inférieur a été décisif pour Paul Goze. On rappelle que selon les statuts, après l’élection d’un comité directeur, celui-ci désignera un président qui devra repasser en assemblée générale pour être élu président. En cas de lutte serrée, le soutien du Top 14 ne vaudra pas quitus. Loin de là.

Merling a vécu le quotidien du Pro D2

Mais au fait, pourquoi cette tendance pro-Merling ? Sous couvert d’anonymat, un président nous a confiés : "Ce n’est pas une question de programme. Car les projets des candidats, on ne les connaît pas encore. Ce qui va dans le sens de Merling, ce sont ses vingt-cinq ans de présidence à La Rochelle qui se sont déroulés au moins autant, sinon plus en Pro D2 que dans l’élite. Mes collègues et moi savons qu’il a vécu nos problématiques." Mais le même président appelle à la prudence : "Quand tous les candidats seront connus, nous les recevrons sous forme de tribunes ou plutôt de tables rondes. Et ils viendront répondre à nos questions et se confronter à nos desiderata."

Cette "consultation" a eu une première conséquence, Jean-François Fonteneau a compris que cette consultation sonnait le glas de ses espoirs. Sans le soutien du Pro D2, ses chances sont trop limitées. Sa proximité avec Bernard Laporte ne l’a sans doute pas servi. De fait, il devrait annoncer prochainement sa décision de ne plus participer au scrutin. Alain Tingaud reste en lice, René Bouscatel aussi, même si les votants ne pensent pas qu’il puisse être élu.

Selon nos pointages donc, Vincent Merling fait la course en tête, Top 14 et Pro D2 confondus, mais il reste une campagne à faire. Pas mal de choses peuvent se passer d’ici le 23 mars, y compris le surgissement d’une candidature de compromis, au dernier moment. N’oublions pas qu’entre un vote à main levée entre potes et un vote secret dans l’isoloir, il y a parfois des décalages. C’est tout le charme de la démocratie.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?