Des Carcassonnais appliqués

  • Sébastien Giorgis et les Audois ont été très appliqués et disciplinés pour venir à bout des Montalbanais.
    Sébastien Giorgis et les Audois ont été très appliqués et disciplinés pour venir à bout des Montalbanais. Midi Olympique - Stéphanie Biscaye
Publié le

L’USC a aligné un deuxième succès consécutif et s’offre une bouffée d’oxygène. La discipline et la conquête ont été les clés de ce succès précieux

Après le précédent succès aux dépens de Rouen, la semaine passée, l’USC a brillamment confirmé vendredi soir lors de la réception de Montauban.

Un deuxième succès consécutif en l’espace d’une semaine, une première depuis le début de la saison et de mémoire de Carcassonnais, il faut remonter à la précédente saison et au mois de novembre 2019 pour retrouver une semblable performance. Lors de la onzième journée, l’USC avait pris le meilleur sur Provence Rugby (19-10) à domicile et confirmé une semaine plus tard à Sapiac (24-20) (tiens, tiens). En une semaine, l’USC a gagné quatre places au classement. Elle loge désormais au onzième rang de quoi combler le manager, Christian Labit. « Il y a encore quelques jours, on regardait le bas du classement, maintenant on s’autorise à avoir un œil sur la première partie de tableau. Le maintien n’est pas mathématiquement acquis, mais je pense que nous avons fait un pas pour être de nouveau présent l’an prochain au sein de ce Pro D2. »

Si l’USC a enchaîné une nouvelle fois sur la victoire, elle le doit essentiellement à sa discipline. Hier soir, le directeur de jeu, Julien Castaignède n’a sanctionné qu’à sept reprises, l’équipe du président Calamel. « C’est vrai, la discipline a été une des clés de notre victoire. Pourquoi avons-nous été disciplinés ? Tout au long de la semaine, nous avons pu travailler dans des conditions normales. Je le répète si on fait un mauvais début de championnat, on le doit à une préparation tronquée par la Covid-19 lors de l’intersaison. Pendant la mise en place de cette rencontre, nous avons disposé de tout notre effectif. La victoire de ce soir est le fruit d’une bonne semaine de travail », ajoute le manager audois.

Conquête, occupation, défense, qualité du banc

Et pourtant à la pause, l’issue de la rencontre semblait bien incertaine pour Carcassonne. Avec l’aide du vent et un petit crachin, l’USC n’avait que trois petites longueurs d’avance (13-10). Les Audois avaient de bonnes raisons de craindre la botte de Jérome Bosviel. Finalement, les Carcassonnais se sont recentrés sur les fondamentaux. « Nous étions dans les mêmes conditions une semaine avant que face à Rouen, fait remarquer le flanker, Pierre Huguet. À la pause, nous n’avions qu’un point d’avance (10-9) et cela ne nous a pas empêchés de dominer la seconde mi-temps. Ce soir, nous avons insisté de nouveau sur nos points forts : la conquête, l’occupation, la défense. En les privant de ballons, on leur a posé de sérieux problèmes. On le doit aussi à la qualité du banc. Tous les joueurs qui sont entrés après la pause, ont amené de la fraîcheur, de la continuité dans le jeu. Le seul point noir de la soirée, c’est de concéder un essai casquette qui nous met la pression sur la fin de rencontre. » Après ce second succès consécutif et le gain de neuf points supplémentaires au classement, la pression est moindre sur les épaules carcassonnaises. Vendredi, l’USC peut se rendre à Perpignan, l’esprit serein.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Didier Navarre
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?