Un mental de champions

  • Victoire des Français contre le pays de Galles (32-30)
    Victoire des Français contre le pays de Galles (32-30) Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Si le XV de France a retrouvé des couleurs, c’est parce que désormais il ne rend jamais les armes...

Passé le faste des années folles, époque bénie des victoires dans le Tournoi et des finales de Coupe du monde, le XV de France eut bien du mal à marquer les esprits et, surtout, terminer ses rencontres sur un tempo élevé. À l’automne 2018, les coéquipiers de Guilhem Guirado laissèrent les Springboks s’imposer sur le fil au Stade de France (26-29), après que Sébastien Vahaamahina eut laissé échappé, sur le gong, un ballon décisif sous un coup de pied de renvoi. Quelques mois plus tard, le même Vahaamahina était intercepté en ces mêmes terres par George North et, au bout du film, le Gallois offrait la victoire aux siens à cinq minutes du coup de sifflet final et alors que les Bleus avaient mené de bout en bout (19-27). Pour finir de vous gâcher la journée, on vous rappellera aussi le drop de quarante mètres de Johnny Sexton, survenu à l’hiver 2018 alors que la sirène avait retenti depuis plusieurs secondes, dans le Stade de France (13-15). De cette série de revers étriqués, « injustes », disaient alors les plus optimistes d’entre-nous, naquit alors le concept de « défaite encourageante », qui jalonna les mandats Saint-André, Novès et Brunel.

Transcendés par le carton rouge de Willemse

Au gré de ce que réalise le XV de France depuis un peu plus d’un an, on sait aujourd’hui que les Tricolores ont appris à maîtriser le money time, cet instant fatidique où basculent bien souvent les plus grandes rencontres. Portés par une inébranlable force mentale, les coéquipiers de Charles Ollivon ne se résignent jamais, contre-attaquent quand on les pensait perdus et, de Cardiff à Dublin, ont prouvé que cette détermination pouvait leur faire vaincre des adversaires supposés plus forts, les Gallois ayant par exemple largement dominé les débats, samedi soir.

Et si, lors du quart de finale de Coupe du monde au Japon disputé à Oita à l’automne 2019, les Bleus s’étaient effondrés à l’instant où Sébastien Vahaamahina fut expulsé pour un coup de coude, la mise au ban de Paul Willemse, à un moment du match où les Diables Rouges menaient encore de dix points, parvint cette fois-ci à resserrer, transcender même, le XV de France. En tout état de cause, la « génération Dupont » ne doute de rien, et surtout pas d’elle-même : cela peut-il suffire à fesser l’Ecosse pour décrocher un titre ? Allez savoir…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?