Toulouse en sol mineur

  • Toulouse en sol mineur
    Toulouse en sol mineur
Publié le

Les Stadistes dominés dans le combat, savent pourtant combien il sera essentiel d’exister dans ce domaine au Munster samedi en Champions Cup.

Confortables leaders avant la journée, les Toulousains ont bien sûr réalisé une mauvaise opération. Au-delà du simple bilan comptable. «Quand on n’est pas en mesure de mettre de la vitesse, on devient ordinaires, constate Ugo Mola. On a vu un Stade toulousain très ordinaire. On a grillé notre joker en championnat. Ce qui m’embête, c’est de perdre ce match avec pas grand-chose. Il y a eu quelques fulgurances après lesquelles on se dit «allez, c’est part». Puis un ballon tombé, une faute de main, un mauvais timing, un jeu au sol approximatif...» Ces fameuses zones de ruck, tant décisives samedi. Pas le secteur privilgié par les Toulousains, tel qu’assumé par le manager : «Le jeu au sol détermine un peu l’état d’esprit d’une équipe. On n’en est pas des adeptes car, à nos yeux, le jeu au sol est un accident. Mais, à un moment, il faut aussi accepter le combat dans ces zones-là. Sur ce match, on n’y a pas combattu. Et, à vrai dire, la semaine laissait présager beaucoup plus d’envie de jouer que de combattre. Sauf que, lorsqu’on ne met pas les choses dans l’ordre... Je vous rassure, il n’y a pas de points de suture chez nous et je ne suis pas sûr que les corps soient très mâchés.»  

« Merci pour la piqûre de rappel »

Le problème ? C’est que le rendez-vous est fixé au Munster samedi, en huitième de finale de Champions Cup. Inquiétant évidemment... Mola sourit amèrement : «Sur le prochain match, pour ce qui est du jeu au sol... Quelque chose me dit qu’on va en faire un peu dans la semaine. On a du mal à sortir le petit Bécognée, qui est un excellent joueur et qui a fait un mach remarquable. Mais, sans lui faire offense, je pense que CJ Stander n’est pas mal aussi dans ce registre. Si on doit y mettre les mêmes ingrédients, autant ne pas s’embêter à aller en Irlande.» C’est pourtant ce défi majuscule que ses hommes, à l’en croire, avaient sûrement déjà (et trop tôt) en tête. «J’ose espérer que c’était ça», affirme Yoann Huget, qui était capitaine face à Montpellier. Alors lui souhaite que la leçon a été retenue pour se rendre à Thomond Park. «Merci aux Montpelliérains pour cette piqûre de rappel», ajoute même l’ailier. Au moins, lui et ses partenaires ne pourront pas dire qu’ils ne sont pas prévenus.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?