Le CA brille

  • Le CA brille
    Le CA brille Midi Olympique
Publié le

Mercredi soir, le CA Brive accueillait la première édition digitale du Petit Oscar Midi Olympique pour célébrer les performances d’Enzo Hervé et Simon-Pierre Chauvac. Récit des coulisses.

Le temps est à l’adaptation. Après avoir réalisé sa première cérémonie des Oscars annuels digitale en février dernier, Midi Olympique reprenait mercredi sa tournée des clubs professionnels, pour remettre aux plus méritants un Oscar mensuel : le Petit Oscar Midi Olympique. Une cérémonie tout aussi digitale, diffusée sur les réseaux sociaux du journal.

"C’est pour Enzo, tout ça ?"

C’est donc muni d’un test PCR négatif et du matériel de tournage que les équipes de Midi Olympique ont pénétré dans le flambant neuf centre de performance inauguré en décembre, sous l’ancienne tribune Honneur, désormais baptisée Élie-Pebeyre. Lors de la visite, ces nouveaux lieux donnent à voir une magnifique salle de musculation, alors monopolisée par les espoirs, un espace balnéo, Saïd Hirèche qui travaillait en salle vidéo individuelle, puis les autres salles dévolues aux coachs, aux réunions, à toujours plus de vidéo… Tout cela encadré par une décoration soignée, qui n’oublie pas de raconter la riche histoire de ce club phare du rugby français depuis plus de 100 ans.

Les équipes de tournage se sont finalement installées dans la salle de vie. Ainsi tout le monde a pu échanger avec de nombreux éléments du club venus prendre un café, comme Valentin Tirefort. En tenue de combat, déterminé, le trois-quarts aile n’en était pas moins inquiet par l’entraînement qui l’attendait, en voyant la séance de physique que s’infligeait déjà un premier groupe de joueurs, sur le terrain annexe qui s’exposait depuis les baies vitrées. On pouvait aussi croiser Jeremy Davidson qui a toujours un mot sympathique, avant d’entendre Hayden Thompson-Stringer, qui revenait de ladite séance de physique. Exténué, l’Anglais hurlait de fatigue quelques injures dans sa langue natale. Avant d’apercevoir les convives et de reprendre à voix basse, en français cette fois, un tantinet surpris : "C’est pour Enzo tout ça… ? (en hochant la tête) Eh bien ! Je ne sais pas s’il le mérite ! (éclat de rire)"

L’excellence dans la simplicité

Romain Magellan animait cette cérémonie. Autour de ce dernier, on retrouvait Jeremy Davidson et son capitaine Saïd Hirèche, qui avaient troqué le short pour le costume du club. Les deux hommes étaient accompagnés du directeur général du club Xavier Ric et des deux Oscarisés, purs produits de la formation locale, Enzo Hervé et Simon-Pierre Chauvac, à l’aise dans l’exercice médiatique malgré leur jeune âge.

Les équipes de Midi Olympique reliaient le plateau aux partenaires fidèles : en visio, on trouvait Claire Pouget (directrice de Quintésens) ou Erik Bonneval, représentant la GMF mais aussi Simon Gillham président du club. À l’autre bout de la ville, une caméra des équipes Midol donnait ensuite la parole à Victor Faurie, dans son élégante concession Renault du Groupe Faurie. Une expérience qui donne envie de revenir récompenser les Corréziens. Et pourquoi pas pour Thomas Laranjeira, qui vient tout juste de dépasser la barre mythique des 1 000 points inscrits sous les couleurs de son club formateur ?

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Baptiste Barbat
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?