Kaino, Vito : les seigneurs des années

  • Victor Vito (34 ans) a encore été omniprésent face à Sale.
    Victor Vito (34 ans) a encore été omniprésent face à Sale. Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Les deux troisième ligne polyvalent ont brillé sur les terrains de Coupe d'Europe le week-end dernier.

Les ressemblances entre Jerome Kaino et Victor Vito ? Outre les quatre ans qui les séparent (Kaino est né en 1983, Vito en 1987), ils évoluent au poste de troisième ligne, sont polyvalents flanker-numéro 8… Surtout, ils sont All Blacks et double champions du monde. Ces deux-là étaient dans les squads sacrés en 2011 et 2015.

Nombreuses similitudes, jusqu’à être considérés parmi les meilleurs joueurs de la planète dans leurs profils, qui les ont propulsés concurrents en sélection, où Vito a dû se contenter d’être la doublure de Kaino. Il compte ainsi 33 sélections quand le deuxième a porté son total à 81.Il faut dire aussi que Victor Vito a pris la direction de l’Europe dès 2016, à 29 ans, quand Jerome Kaino l’a rejoint en 2018, alors qu’il avait déjà 35 ans. Mais s’il est un point commun aux deux hommes, dont peuvent se délecter les amoureux de ce sport en France, c’est leur influence sur le jeu de leur équipe et sur leurs partenaires.

Précieux dans le développement de leurs équipes

Combien de fois nous sommes-nous insurgés de voir les clubs de Top 14 s’offrir à prix d’or des stars sudistes en pré-retraite ? Combien de ces légendes ont-elles déçu sur les pelouses françaises ? Bien sûr, il existe beaucoup de contre-exemples : les Sivivatu, Rokocoko, Botha, Giteau, Toeava et compagnie. Mais il faut souligner combien Vito et Kaino ont été précieux dans l’évolution récente de leurs formations respectives.

Vito a renforcé La Rochelle lors de la saison 2016-2017. Exercice au terme duquel le club maritime a fini leader de la phase régulière et s’est invité pour sa première demi-finale de championnat. Sur le plan personnel, Vito fut élu meilleur joueur du Top 14.

Kaino ? Arrivé en 2018, un an avant… d’aller soulever, auréolé du capitanat, un Brennus qui fuyait l’institution la plus titrée de France depuis 2012.Un hasard ? Evidemment pas. Car ce sont d’immenses compétiteurs, autant que des sources d’inspiration inépuisables. Alldritt serait-il si fort sans avoir eu Vito tous les jours à ses côtés ? Cros serait-il si rayonnant sans avoir bénéficié du talent de Kaino au quotidien ? Poser la question, c’est y répondre. Ces derniers mois, entre l’usure et les blessures, il y avait de légitimes interrogations sur leur état de forme.

Résultat : Kaino fut héroïque au Munster et Vito exceptionnel face à Sale. Les grands matchs, les grands joueurs… L’adage n’a pas d’âge.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?