En deuxième ligne, c’est « Messieurs Bricolage »

  • Les frères Arnold, deuxièmes lignes du Stade toulousain.
    Les frères Arnold, deuxièmes lignes du Stade toulousain. Icon Sport
Publié le , mis à jour

Meafou forfait, Tekori et Richie Arnold toujours incertains, Rory Arnold à court de rythme, Kaino et Flament en dépanneurs à droite et Youyoutte en réserve, la cage est fissurée de partout à Toulouse.

Toulouse a l’habitude de s’appuyer sur sa faculté d’adaptation et la polyvalence de ses troupes. « Que ce soit devant ou derrière, on a la chance d’avoir des joueurs qui peuvent évoluer à plusieurs postes », rappelait l’entraîneur de la défense Laurent Thuéry mardi. Il pensait très certainement à la deuxième ligne, secteur décimé à Ernest-Wallon. Emmanuel Meafou, touché au pied, est indisponible pour les phases finales. Richie Arnold, blessé aux ischio-jambiers depuis la finale de Champions Cup, était forfait en demie. Comme Joe Tekori, qui a dû renoncer la veille du match à cause d’une tendinite à un genou. Alors le staff a bricolé, plus que jamais.

Rory Arnold, lui aussi à l’infirmerie depuis la victoire en Champions Cup contre La Rochelle en raison d’une épaule douloureuse, fut incertain jusqu’à la dernière heure. Il fut aligné, malgré un manque de rythme évident. Le problème ? C’est que, contrairement à son jumeau, lui ne peut, la faute à cette même épaule, pousser à droite. Tekori et Meafou à l’infirmerie, le seul en mesure d’assurer cette fonction n’était autre que Jerome Kaino. « Il a l’habitude de jouer en troisième ligne mais a fait un très bon en numéro 5 à Lille », remercie Thuéry.

Mais son corps ne lui permet plus de tenir une rencontre dans son intégralité, surtout à cette position, et il est sorti à la 51e minute, remplacé par un Thibaud Flament qui poussait pour la première fois de sa carrière à droite. Sept minutes plus tard, Rory Arnold a laissé sa place au jeune Yannick Youyoutte, arrivé de l’au-delà pour disputer sa première demi-finale. « Les turnovers n’ont malgré tout pas tant fragilisé l’équipe, notamment sur les dernières phases de conquête, félicitait Ugo Mola. On arrive à marquer derrière un ballon porté alors que six avants avaient été changés. »  

Jusqu’au tout dernier moment…

N’empêche, le manager du Stade toulousain en convenait à Lille : « Si on peut rentrer du monde, on ne se privera pas. » Il pensait d’abord aux deuxième ligne. « Ce sont des postes importants », poursuit son entraîneur de la défense. En début de semaine, les examens passés par Richie Arnold et Joe Tekori n’ont pas été rassurants. « On va se laisser le temps, patiemment, car il est encore est tôt pour avoir des certitudes », confiait Thuéry mardi. On étudie ce qu’on peut faire et on tentera de mettre la meilleure composition possible. » 

Traduction : le staff va prier pour espérer un retour jusqu’au tout dernier moment. Sinon, il devra repartir avec la même configuration qu’à Lille. « C’est une option » Même si elle n’est pas privilégiée, n’apportant pas les plus grandes garanties devant le monstre maritime. Jeudi après-midi, les deux grands incertains devaient encore être testés. Si l’un des deux est apte, il débutera, laissant au rassurant Kaino le soin de terminer la rencontre.

A l’heure où nous bouclons ces lignes, la composition d’équipe n’avait pas encore été officialisée mais la tendance était plutot positive notamment pour Richie Arnold. Quoi qu’il advienne, un énième revirement n’est pas à exclure jusqu’à l’ultime instant, concernant la deuxième ligne. Et cela ne relève en rien du coup de bluff, malheureusement. 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Midi-Olympique
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?