La troisième équipe de France

  • Le staff du XV de France est composé de 25 membres dont Fabien Galthié et son premier cercle (en haut). Nicolas Jeanjan et Thibault Giroud sont aussi du voyage.
    Le staff du XV de France est composé de 25 membres dont Fabien Galthié et son premier cercle (en haut). Nicolas Jeanjan et Thibault Giroud sont aussi du voyage. Icon Sport
  • Thibault Giroud, directeur de la performance des Bleus
    Thibault Giroud, directeur de la performance des Bleus Icon Sport - Sandra Ruhaut
Publié le , mis à jour

En plus des 41 joueurs sélectionnés, c’est un staff composé de 25 personnes qui est parti en tournée. « Une troisième équipe » à part entière au sein de la sélection, qui ne sera pas de trop pendant ces 14 jours de confinement…

Et Sydney fut de nouveau bouclée, ce samedi, en raison de la recrudescence du variant delta de la Covid-19. Rien qui ne doive bousculer l’organisation de la tournée des Bleus, nous rétorquerez-vous, sachant que la quatorzaine imposée aux joueurs du XV de France correspondra à 48 heures près à la période de confinement imposée à la plus grande ville d’Australie ? Peut-être bien après tout. Reste que la nouvelle n’a assurément pas beaucoup plu à l’état-major des Bleus, avec tout ce qu’elle laisse planer d’incertitudes quant à la suite de la tournée. Et cela même si le staff du XV de France a cherché à préparer au mieux en amont cette période délicate, comme le confiait Fabien Galthié dans ces mêmes colonnes… « Nous avons déjà un psychologue et avons beaucoup travaillé, avec lui, sur cet aspect de la tournée. Il a fallu construire quelque chose qui nous permette de bien traverser cette période particulière.» Et batailler, aussi, pour permettre au XV de France de s’entraîner et vivre un minimum en commun, sans lésiner sur les moyens. « Cette tournée, il faut la réussir, prolongeait Galthié. C’est pour cela qu’en plus des 42 joueurs, nous emmènerons un staff de vingt-cinq personnes : les gens de la logistique, ceux de la nutrition, de la santé ou encore ceux de la cellule performance… »

Plus d’un « encadrant » pour deux joueurs

En clair ? Sachant que le groupe s’est réduit à 41 après « l’affaire du passeport » d’Alexandre Fischer, le contingent bleu compte en Australie plus d’un membre du staff pour deux joueurs. D’autant plus énorme que, selon les règlements de World Rugby, le pays hôte ne se doit de régler les frais que pour une délégation de 35, le surplus (en l’espèce de 26 personnes) devant être réglé par l’autre Fédération… Et encore, le spécialiste du jeu au pied Vlok Cilliers n’a pas pu se déplacer depuis l’Afrique du Sud en raison de la pandémie, tandis que le XV de France partira avec un préparateur physique de moins par rapport au Tournoi, à savoir Manuel Gomes… Reste que l’image perdure tant bien que mal d’une petite armée mexicaine, forte de deux « analystes de la performance» et d’un "responsable de l’analyse" placés sous la direction du "directeur de la performance" qu’incarne Thibault Giroud, sans oublier deux analystes vidéo, trois kinés, deux nutritionnistes, un intendant (à ne pas confondre avec le "team service manager"), un chef de délégation… "La seule fois où j’ai connu un staff aussi étoffé en club, c’est avec Heyneke Meyer au Stade français", souriait dans la semaine le centre Jonathan Danty. Une boutade qui n’est toutefois pas vide de sens, à en écouter l’ancien préparateur physique du XV de France Laurent Arbo, qui se marrait à l’idée d’avoir emmené voilà 10 ans le XV de France en finale de la Coupe du monde avec un staff moitié moins nombreux… "Attention : je suis sans réserve favorable à ce que l’environnement d’une équipe soit très "staffé", avec des compétences spécifiques à tous les étages, nous confiait l’ancien ailier. En revanche, la condition pour que cela fonctionne est qu’il y ait une énorme communication au sein du staff, pour que chacun soit au courant du travail des autres et que l’on ne parle aux joueurs que d’une seule voix."

Un impératif tout sauf évident dans ces conditions si particulières qui interdisent les réunions régulières. Car si le travail en visioconférence a démontré à tout le monde son efficacité depuis le début de la pandémie, vous conviendrez que ces relations digitales ne remplaceront jamais tout à fait le contact humain, qui plus est dans l’écosystème si particulier d’une équipe de rugbymen en tournée. Et d’autant encore lorsque ladite sélection se trouve composée à plus de 50 % de non-capés…

Le staff des Bleus

Sélectionneur : Fabien Galthié

Manager général : Raphaël Ibanez

Entraîneurs : Laurent Labit (attaque), Shaun Edwards (défense)

Co-entraîneurs : William Servat, Karim Ghezal (conquête et tâches spécifiques)

Directeur de la performance : Thibault Giroud

Référent arbitrage : Jérôme Garcès

Responsable de l’analyse : Nicolas Buffa

Préparateurs physiques : Nicolas Jeanjean, Emmanuel Plaza

Analystes de la performance : Quentin Rinaldi, Jérémy Cheradam

Analystes vidéo : Manuel Urdampilleta, James Kent

Docteur : Philippe Turblin

Kinés : Cédric Cassou, Bertrand Garet, Bruno Boussagol

Team Service manager : Mathieu Brauge

Nutritionnistes-diététiciennes : Eve Tiollier, Florence Mullié

Chef de délégation : Bernard Viviès

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?