Pour Carbonel, déjà une dernière chance ?

  • Louis CARBONEL à Marcoussis. (Photo by Aude Alcover/Icon Sport) - Louis CARBONEL - Marcoussis (France)
    Louis CARBONEL à Marcoussis. (Photo by Aude Alcover/Icon Sport) - Louis CARBONEL - Marcoussis (France) Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Malgré une performance décevante à Brisbane, lors du premier test-match, le Toulonnais gardera le numéro 10 ce mardi à Melbourne. Sous pression, dans un contexte qui ne lui laisse que peu de marge de manœuvre.

Il lui avait fallu attendre son heure, longtemps. Pour Louis Carbonel, avant le match de Brisbane mercredi dernier, l’aventure en Bleu se résumait d’abord à des convocations à Marcoussis sans figurer sur les feuilles de match. Puis, une "promotion" sur le banc des remplaçants, lorsque les jeux administratifs entre FFR et LNR obligeaient à de la rotation, lui ouvrant ainsi un premier espace pour montrer de quel bois il se chauffait. Rien d’extravagant pour autant : 29 minutes (deux matchs) en Coupe d’Automne des Nations 2020, 29 minutes dans le dernier Tournoi des 6 Nations (2021) lorsque Romain Ntamack manquait à l’appel et que, derrière Matthieu Jalibert, il prenait de nouveau place sur le banc. C’est maigre, bien sûr.

En Australie, le Toulonnais avait donc l’occasion de se montrer. Enfin. Dans la peau d’un titulaire en puissance, la concurrence se réduisant cette fois aux néophytes Joris Segonds et Antoine Hastoy. Le légitime au poste, c’était lui, après que ses sacres mondiaux en junior (2018, 2019) l’ont tôt propulsé prodige de son poste.

Avant de décoller pour Sydney, le sélectionneur Fabien Galthié, qui lui avait accordé si peu de temps de jeu jusqu’ici, lui envoyait ce message de confiance : "Je lui ai dit que s’il était là, c’est qu’il le méritait largement. Parfois, il y a la place. D’autres fois, non. En Australie, il aura la place. Mais je ne veux pas qu’il se mette la pression. "Louis, sois toi-même. Joue avec nous comme tu le fais si bien avec Toulon"." Le joueur lui répondait. "C’est toujours un honneur de jouer pour l’équipe de France, surtout comme titulaire. C’est vrai que je suis très content de pouvoir débuter. […] Je veux montrer aux entraîneurs les qualités que j’ai avec Toulon tout au long de la saison. Je veux leur montrer qu’ils peuvent avoir confiance en moi." La suite ne s’est pas exactement passée comme prévu…

Assumer la gestion stratégique

Mercredi dernier à Brisbane, Carbonel est passé à côté de son sujet. Pas qu’il soit au cœur d’une grosse bévue, mais son apport dans le jeu collectif des Bleus fut pour le moins réduit. Dommageable, au poste si central de demi d’ouverture. Offensivement, il a laissé la grande majorité de la conduite du jeu à Baptiste Couilloud, à son intérieur. Puis à Arthur Vincent, à son extérieur. Dans le registre stratégique, c’est également Couilloud qui prit en charge la quasi-intégralité du jeu au pied, laissant les dernières miettes à Danty ou Jaminet. Défensivement ? Carbonel a plaqué, certes, mais le plus souvent en reculant, ciblé qu’il était par les premiers attaquants australiens qui souhaitaient ainsi éviter le rugueux centre du terrain français Vincent-Danty. Un tableau qui laisse peu de place aux satisfecits.

"Louis excelle dans l’animation du jeu offensif. Comme Jalibert, Carbonel est un attaquant, proche de la ligne d’avantage. C’est un joueur d’instinct mais il doit grandir dans d’autres registres. Le rugby est fait de passes mais aussi d’occupation et de gain du terrain. Au très haut niveau, il faut savoir tout faire et Louis ne peut pas être qu’un attaquant", prévenait dans la semaine Aubin Hueber, son entraîneur dans les sélections de jeunes. Une prémonition qui s’est vérifiée : passée la demi-heure de jeu, dès lors que les Bleus ont été sevrés de ballons, Carbonel a disparu des écrans, quand il lui aurait fallu trouver d’autres armes stratégiques pour la pression physique imposée par les Wallabies. Des manques qui ont été clairement ciblés par le staff des Bleus, lors du debriefing du premier test-match. Il lui maintient toutefois sa confiance, pour le deuxième test de Melbourne, ce mardi. Attention à ne pas gâcher.

Léo FAURE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?