Melvyn Jaminet, brillant aux yeux de tous

  • Melvyn Jaminet, brillant aux yeux de tous.
    Melvyn Jaminet, brillant aux yeux de tous. Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Promu buteur pour sa deuxième sélection, l’arrière de Perpignan Melvyn jaminet a réalisé un 100% dans ses tentatives de but (8/8) pour inscrire 23 points et offrir la victoire aux Bleus au terme d’un incroyable suspens.

Ils étaient 20 114 spectateurs à avoir les yeux rivés sur lui lors de cette ultime tentative de pénalités. C’est peut-être un détail pour vous, mais Melvyn Jaminet découvre en Australie cette sensation étrange d’avoir une foule qui le scrute. L’arrière catalan, promu buteur pour sa deuxième sélection et canonnier héroïque de cette victoire, établissant un nouveau record de points inscrit par un joueur français face à l’Australie (23), n’avait jamais posé un ballon sur un tee devant autant de monde avant d’affronter les Wallabies. «Il ne faut pas oublier qu’il butait en espoir la saison dernière», rappelle Jérémy Valls, spécialiste du jeu au pied dans le staff de l’Usap.

Pour le plaisir, la percée de Melvyn Jaminet ?#AUSFRA pic.twitter.com/gLk9Yv8vNf

— Canal Rugby Club (@CanalRugbyClub) July 13, 2021

«Cette année, les matchs ont rapidement eu lieu à huis clos, avant deux matchs de phase finale disputés devant 1 000 personnes.» Pourtant le pied de Melvyn Jaminet, qui a fêté ses 22 ans le 30 juin dernier, n’a jamais tremblé, réalisant un 100% et concluant son récital dans cet exercice par un coup de pied parfait au milieu des poteaux pour donner la victoire aux Bleus après une magnifique poussée collective des avants.

«Je me suis concentré sur ma routine pour ne pas penser à la pression. J’ai su rester focalisé sur la position de mes pieds, de mon regard, glissait le héros du jour après la rencontre alors que la pression était maximale, surtout après le cafouillage final où il était impliqué lors du premier match : « J’étais frustré de moi et sur cette dernière passe, j’avais fait perdre l’équipe. Sur ce second test, je voulais montrer ce que je valais. Je remercie les coaches de m’avoir refait confiance.»

Un staff tricolore qui n’a pas hésité à donner plus de responsabilité à cette «pépite» comme l’a dit Fabien Galthié après match. 

Une souplesse dans la frappe

Un sentiment partagé par Jérémy Valls, l’ancien ouvreur de Montpellier, qui ne veut surtout pas cantonner son protégé à son rôle de buteur : «C’est un gamin qui est doué, qui est passionné, qui est aussi très fort à la main. Il pue le rugby et travaille énormément. Après une bonne saison en espoir sur le jeu au pied, il a encore gagné en régularité cette année. Dans la zone des 40 mètres, il n’a quasiment pas manqué de pénalités. Ses échecs viennent des pénalités lointaines, souvent au-delà des 50 mètres. Il me fait penser à un golfeur avec un bois. Sa frappe est puissante alors qu’on a l’impression qu’il caresse la balle. Sa puissance est déconcertante car il n’a pas de grosses jambes. Ce n’est pas un joueur qui est encore aguerri physiquement mais il a cette souplesse dans la frappe qui lui  permet d’avoir de la longueur puisqu’il a un jeu au pied de 50 mètres. Il est puissant et précis notamment sur les renvois.»

Melvyn Jaminet n’est pourtant qu’au début de sa montée en puissance. «Les matchs de phase finale avec Perpignan lui ont fait un bien fou car il a été confronté à des matchs à enjeux car même s’il est fort mentalement et déjà mature, la pression est toujours présente à l’intérieur. Il a acquis beaucoup d’expérience en deux matchs où l’intensité est plus forte.» Et déjà, il avait montré un solidité exceptionnelle dans l’exercice du tir au but, notamment avec une transformation du bord de touche pour débuter la finale face à Biarritz.

«On fait des séances pour apprendre à gérer la pression. On simule par exemple la dernière pénalité d’une rencontre pour donner la victoire. On essaie d’installer une routine pour que les joueurs aient en tête qu’une pénalité c’est toujours la même quelque soit le terrain, le ballon et le moment du match.» Et avec ou sans public, c’est aussi la même chose.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?