Expérience et désir d’ouverture

  • Le demi de mêlée italien Edoardo Gori devrait être à la baguette de l'attaque columérine.
    Le demi de mêlée italien Edoardo Gori devrait être à la baguette de l'attaque columérine. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Arrières > Thomas Girard sort d’un dernier exercice accompli avec 17 titularisations en 20 feuilles de matchs. De par ses qualités de buteur, et sa propreté dans le jeu courant, il demeure indéboulonnable au poste. Titulaire à plusieurs reprises également, Alexis Palisson pourra faire plus que dépanner en cas de besoin.

Ailiers > Josua Vici attiré par les sirènes du Top 14, ce sera au tour de son cousin Peni Rokoduguni de faire trembler les défenses adverses. Le Fidjien a tous les arguments nécessaires pour marcher sur les traces de son aîné. Arrivé d’Agen fin mars, Valentin Saurs s’est rapidement fondu dans le moule, ne tardant pas à se mettre en évidence. Plombé par les blessures sur le dernier quart de la saison, Alexis Palisson n’en reste pas moins un compétiteur acharné. Nul doute qu’il voudra montrer qu’il en a encore sous la semelle. Il ne devra pas non plus s’endormir sur ses lauriers car les jeunes Victor Moro et Simon Delas ont montré qu’ils pouvaient être des alternatives plus qu’intéressantes. Centres de formation, Paul Pimienta et l’Italien Michele Campagnaro pourraient aussi être mis à contribution sur les ailes.

Centres > Abondance de biens ne nuit pas. Les places seront chères une nouvelle fois et si le tandem Johan Deysel-Fabien Perrin a les faveurs des chiffres : 19 feuilles de matchs, 15 titularisations pour le premier la saison passée, 19 feuilles de matchs, 19 titularisations pour le second, il ne faudra pas écarter trop vite Grégoire Maurino, de retour d’une grave blessure et prêt à regagner ses galons d’incontournable. Élément d’expérience, revenu en cours de saison après un passage du côté de Pau, Florian Nicot demeure une valeur sûre. On comptera aussi sur les qualités de Paul Pimienta et du jeune Victor Moro. Enfin, il faudra guetter l’adaptation et les premiers pas de l’international italien Michele Campagnaro (lire ci-dessus), élément phare de la campagne de recrutement.

Ouvreurs > Le grand chamboulement. Avec les départs de Jules Soulan pour Oyonnax, et de Sébastian Poet pour Bourg-en-Bresse, Colomiers s’apprête à tourner une page importante. Les clés seront donc désormais confiées à Romuald Séguy et à Maxime Javaux. Le premier, réputé pour ses qualités d’animateur et offensives a réalisé de jolies choses avec Carcassonne, comptabilisant 14 titularisations et 25 feuilles de matchs. Quant au deuxième, métronome et fin gestionnaire, il s’est permis d’inscrire 237 points avec Valence-Romans en 21 feuilles de matchs.

Demis de mêlée > Avec 16 titularisations en 19 feuilles de matchs, Edoardo Gori a confirmé son statut de numéro un. L’expérimenté international transalpin, vice-capitaine, cherchera à continuer de transmettre tout son savoir-faire à la relève incarnée par le jeune Ugo Séguéla. L’international -20 ans et Bleuet, déjà inscrit sur 13 feuilles de matchs la saison passée (4 titularisations) ne devrait pas être qu’une simple doublure.

Numéros 8 > L’infatigable Romain Bézian reste la référence et sera à n’en pas douter encore une fois un des fers de lance du paquet d’avants columérin. Doté d’une très grosse habileté technique, et d’un sens aigü du jeu, ce guerrier de la première heure aura comme concurrents Aldric Lescure, et le nouveau venu Jorick Dastugue, débarqué de Normandie et de Rouen, reconnu pour sa mobilité et son adresse en touche.

Troisième ligne aile > L’historique et emblématique capitaine Aurélien Beco, gêné par son tendon d’Achille, qui l’a contraint à la retraite, la qualité et la rugosité seront tout de même au rendez-vous. À commencer par l’international roumain Mihai Macovei, bien décidé à retrouver de sa superbe après un dernier exercice mitigé et tronqué par les blessures. Retrouver une place de titulaire ne sera pas forcément chose aisée avec l’émergence d’un Waël Ponpon, sur la pente ascendante (lire ci-dessous), et l’assurance tous risques d’un Aldric Lescure, titulaire à 20 reprises la saison dernière en 23 feuilles de matchs. Le repositionnement du capitaine Anthony Coletta à son poste de formation en numéro 6 offre également davantage de garanties au staff columérin, alors que Jorick Dastugue peut aussi bien couvrir le côté ouvert que fermé. Déjà apparu sur des feuilles de matchs, Pierre-Samuel Pacheco et Yann Peysson auront une belle carte à jouer. Plus habitué à évoluer en deuxième ligne depuis au moins deux saisons, Jean Thomas peut rendre de fiers services en tant que flanker.

Deuxième ligne > Titulaire sur la première moitié de la saison avec le numéro 4 dans le dos, Anthony Coletta reste précieux dans la cage. Tout comme l’est Jean Thomas, toujours à l’aise dans les tâches obscures. À droite, Maxime Granouillet et Clément Chartier font figure d’incontournables et se sont partagé équitablement la fonction lors du dernier exercice. Très en vue sur ses quatre titularisations, Alexandre Ricard, de retour de blessure, espère continuer de grappiller du temps de jeu, voire plus si affinités. Arrivé de Grenoble cet été, Lilian Rousset ne demande qu’à être découvert.

Piliers > À gauche, difficile de se passer de Thomas Dubois qui a pour lui une grande expérience du poste. Ce à quoi les jeunes Guillaume Tartas, et Hugo Djehi répondent par leur fougue, avec un fort désir de bousculer la hiérarchie et des progrès constants dans le domaine de la mêlée fermée. À droite, la bataille s’annonce aussi rude entre le Géorgien Beka Sheklashvili, sur courant alternatif l’an passé, l’Anglais Kane Palma-Newport en pleine confiance, et Victor Delmas, de retour de blessure et prêt à remettre le bleu de chauffe. Sans oublier Hugo Pirlet, qui aura pour atout sa polyvalence et sa volonté d’enfin enchaîner.

Talonneurs > Joker médical de Ronan Chambord, débarqué en début de saison dernière, Hikawera Elliot s’est très vite fait à ses nouvelles couleurs. Le talon kiwi a marqué de son empreinte sa première saison en allant par six fois dans l’en-but adverse, étant de fait le meilleur marqueur d’essais columérin. À 35 ans, le vétéran néo-zélandais compte désormais continuer sur cette lancée. Il devra à nouveau faire face à la concurrence de Thomas Larrieu, qui a lui aussi signé un premier exercice de fort belle facture l’an passé, se montrant constant et performant à chacune de ses sorties. Numéro 1 en termes de temps de jeu, c’est une valeur très sûre. Auteur de 18 feuilles de matchs, Youssef Saaidia aura encore son mot à dire.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?