L'invisible Chris Harris

  • Le centre Chris Harris est sorti au bout de 62 minutes et a livré un match terne face aux Springboks.
    Le centre Chris Harris est sorti au bout de 62 minutes et a livré un match terne face aux Springboks. Focus Images / Icon Sport - Focus Images / Icon Sport
Publié le , mis à jour

En manque d’inspiration la semaine dernière, Elliot Daly a cédé sa place à l’Écossais pour ce deuxième test. Mais à l’image de son équipe, Harris a été transparent tout le match.

 

Face à la paire physique Damian De Allende - Lukhanyo Am, Warren Gatland avait décidé de changer son fusil d’épaule au moment de l’annonce de la composition d’équipe. Plus tôt dans la semaine, les journalistes britanniques s’interrogeaient sur la prestation d’Elliot Daly en délicatesse sur le premier test et incapable de faire parler sa justesse au centre du terrain. Le choix de Chris Harris pour épauler Robbie Henshaw s’est donc naturellement établi dans l’esprit du sélectionneur néo-zélandais. Cette saison à Gloucester et avec le XV du Chardon, l’imposant centre (1m88 pour 104kg) a impressionné par sa puissance en défense et son impact en attaque. Coutumier des percussions et du jeu frontal, l’Écossais avait à son avantage de belles capacités techniques de jeu après contact. Mais face aux Springboks, Harris n’a pas rugi.


Seulement 62 minutes de jeu

La ligne statistique du grand blond est édifiante. En à peine une heure de jeu, Chris Harris n’a porté le ballon qu’une fois et n’a donc pu battre aucun défenseur ni gagner un seul mètre pour son équipe. Sa réputation de défenseur agressif a elle était mise à mal avec seulement 3 plaquages. Un constat d’autant plus marquant que son coéquipier Robbie Henshaw a commis 11 plaquages, et parcouru 27 mètres dans un match cadenassé à double-tour. Les maux de tête de Warren Gatland pour le poste de deuxième centre se poursuivent donc à l’issue du deuxième test face aux champions du monde sud-africains. L’Irlandais Bundee Aki, lui aussi réputé pour sa dureté physique, ou l’ouvreur polyvalent Owen Farrell pourraient faire leur apparition pour une troisième rencontre vitale pour le gain de la série, entre Lions et Springboks.
 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Clément LABONNE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?