Sempéré : « Un arbitrage médiocre, mais merci les Bleues »

  • Fanny Horta portée en triomphe par ses coéquipières
    Fanny Horta portée en triomphe par ses coéquipières Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Battues par la Nouvelle-Zélande en finale du tournoi olympique de rugby à 7 (12-26), les Bleues ont décroché une très belle médaille d’argent ce samedi à Tokyo. La première dans l’histoire du rugby français. Marie Sempéré, ancienne internationale et consultante pour Eurosport, revient sur cette finale et sur ce qui restera une très belle aventure.

Avant cette finale face à la Nouvelle-Zélande, les filles de France 7 avaient réalisé le parcours parfait. Cinq matchs, cinq victoires. Un jeu parfaitement structuré pour une confiance s’affirmant rencontre après rencontre. Las, face aux Blacks fears, championnes du monde en 2018 à San Francisco, elles n’ont pas réussi à avoir la possession du ballon. La raison ? Quelques petites erreurs et un arbitrage souvent très sévère. « L’arbitrage a été médiocre et totalement à sens unique, juge Marie Sempéré qui a commenté cette finale pour Eurosport. Il me semble totalement anormal qu’une anglaise arbitre cette finale alors que les Bleues avaient battu la Grande-Bretagne en demie. Mais bon... »

Evidemment, l’arbitrage n’explique pas complètement cet échec en finale. Les Bleues ont manqué un peu de précision sur des secteurs de jeu qui jusque-là avaient été performants. « Les filles ont été un peu moins appliquées sur les coup de pied de renvoi que sur les rencontres précédentes et ont laissé la possession aux Néo-zélandaises, juge encore l’ancienne internationale. Et malheureusement, avec les pénalités sifflées en plus en leur faveur, elles se sont installées constamment dans le camp français. »

Pour autant, la victoire des Blacks Fearns n’a rien d’illogique. Elles règnent sur le circuit mondial depuis plusieurs années. « C’est incontestable, ajoute Marie Sempéré. Elles méritent probablement cette médaille d’or. Mais la sensation de ne pas avoir pu rivaliser à armes égales est assez frustrante. Il faudra, je pense, simplement retenir que ça reste une magnifique aventure pour les Françaises. Objectif atteint avec cette médaille d’argent. C’est la concrétisation de cinq années de travail, d’entraînements, de sacrifices, de doutes, de frustration en raison de la situation sanitaire. Dans quelques semaines, elles ne se souviendront que du meilleur.»

Pour conclure, Marie Sempéré a tenu à rendre un vibrant hommage à son ancienne partenaire et amie Fanny Horta, qui disputait sur cette finale olympique le dernier match de son immense carrière. « Fanny a une sortie à la hauteur de sa carrière. C’est une grande joueuse avec un palmarès énorme, une grande dame du rugby français. Terminer sa carrière sur une finale olympique face aux Blacks, c’est difficile de rêver mieux, sinon en décrochant la médaille d’or. Mais ce qui est important pour elle, pour bien la connaître, c’est cette dernière aventure humaine qu’elle vient de vivre. Elle n’a aucun regret à avoir. Elle va laisser une trace dans l’histoire du rugby féminin, j’en suis convaincue. Elle peut partir l’esprit tranquille. » Et Marie Sempéré de conclure : « Franchement, merci les Bleues de nous avoir fait rêver et vibrer sur cette olympiade. »

 

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?