Les clubs réclament la libération des neuf joueurs non utilisés en Australie

  • Les clubs réclament la libération  des neuf joueurs non utilisés en Australie
    Les clubs réclament la libération des neuf joueurs non utilisés en Australie Icon Sport
Publié le

Neuf internationaux n’ont pas disputé la moindre minute de jeu lors de la dernière tournée du XV de France en Australie. Conséquence : leurs clubs espèrent pouvoir les aligner dès la première journée de Top 14. Explications.

Souvenez-vous. Le 15 juillet dernier, à deux jours du dernier test-match du XV de France face à l’Australie, Fabien Galthié avait communiqué le nom des 23 heureux chanceux désignés pour essayer de remporter la série face aux Wallabies. En vain. Pourtant, le sélectionneur avait fait un choix fort et assumé d’aligner « l’équipe la plus compétitive » et de laisser à quai neuf joueurs, partis de l’autre côté de la planète sans finalement jamais avoir la possibilité de décrocher une sélection. Un coup dur pour Étienne Fourcade, Florent Vanverberghe, Patrick Sobela, Clovis Le Bail, Joris Segonds, Tani Vili, Aliveti Raka, Romain Buros et Gervais Cordin. « Nous nous sommes adressés à eux en leur faisant comprendre qu’ils faisaient partie du projet jusqu’à la Coupe du monde 2023 », avait alors expliqué le manager Raphaël Ibanez.

Il n’empêche. Si les joueurs ne se sont pas émus de leur sort dans les médias, les clubs concernés n’ont pas apprécié ce management de Fabien Galthié. La raison ? Avant de s’envoler en direction de l’Australie, le staff du XV de France avait obtenu de la Ligue Nationale de Rugby et de Provale, le syndicat des joueurs, la possibilité de sélectionner 42 joueurs au lieu de 35 initialement prévus par la convention liant la FFR et la LNR, au nom du format inédit de cette tournée (3 matchs en 10 jours). Objectif : pouvoir compter sur quasiment deux équipes complètes afin de faire tourner l’effectif et ne pas mettre en danger la santé des joueurs.

Revoir le dossier

L’opportunité de remporter une tournée dans l’hémisphère Sud chez une des trois grosses nations a finalement eu raison de cette volonté louable. Évidemment, ce choix se défend, mais les clubs ne l’entendent pas de la même façon. À juste titre également. Conséquence : selon nos informations, plusieurs clubs concernés par cette situation ont officiellement demandé par courrier à la commission paritaire en charge du dossier de bien vouloir revoir les conditions de reprise de ces neuf joueurs. Explications : selon l’accord signé par toutes les parties, ces joueurs-là, comme ceux qui ont disputé les trois test-matchs, doivent bénéficier de cinq semaines consécutives de congés et ne pourront pas disputer la première journée de Top 14. Les clubs réclament donc de pouvoir les aligner dès la première journée de Top 14, le week-end des 4 et 5 septembre. Affaire à suivre.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?