Régis Sonnes déjà sur la sellette à Agen

  • Regis SONNES manager of Agen during the Pro D2 match between Grenoble and Agen at Stade des Alpes on September 9, 2021 in Grenoble, France. (Photo by Romain Biard/Icon Sport) - Stade des Alpes - Grenoble (France) Regis SONNES manager of Agen during the Pro D2 match between Grenoble and Agen at Stade des Alpes on September 9, 2021 in Grenoble, France. (Photo by Romain Biard/Icon Sport) - Stade des Alpes - Grenoble (France)
    Regis SONNES manager of Agen during the Pro D2 match between Grenoble and Agen at Stade des Alpes on September 9, 2021 in Grenoble, France. (Photo by Romain Biard/Icon Sport) - Stade des Alpes - Grenoble (France) Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Après trois défaites inaugurales, le manager du SUALG sait que ses jours pourraient être comptés si son équipe ne s’imposait pas lors des deux prochaines journées.

Avec trois défaites en autant de journées, Agen est déjà sous pression. Et son manager Régis Sonnes se retrouve forcément en première ligne. Nommé en novembre 2020, le technicien n’a toujours pas connu la moindre victoire à la tête de cette équipe, reléguée de Top 14. Logiquement, le président Jean-François Fonteneau, et c’est loin d’être un secret, s’impatiente quelque peu. Comme révélé par nos confrères de Sud-Ouest, il aurait fixé un ultimatum à l’ancien entraîneur des avants du Stade toulousain en cours de semaine dernière. Le patron du club souhaitait deux à trois succès sur les cinq premières journées. Entre-temps, Agen s’est incliné jeudi soir à Grenoble (13-17), malgré un contenu en amélioration.

Ce que Fonteneau a lui-même reconnu sur son compte Twitter quelques minutes après le coup de sifflet final : «Du mieux ce soir pour Agen, beaucoup de frustration car le match était à notre portée. Bon état d’esprit des joueurs. Mais encore des erreurs criardes. Confiance et unité.» Reste que, si ses hommes ne s’imposent pas contre Bourg-en-Bresse puis surtout à Mont-de-Marsan (leader invaincu), les jours de Sonnes seraient certainement comptés. Sur 47 FM, le président Fonteneau avait déclaré : «J’ai accepté les demandes des entraîneurs pour avoir un staff tourné vers la haute performance. On a tout pour réussir théoriquement. Nous avons les outils pour gagner et garder en tête l’objectif du top 6. Je leur ai laissé les clés du camion. Le public attend un comportement irréprochable, ce n’est pas totalement le cas. Les partenaires qui nous ont fait confiance ainsi que les supporters méritent autre chose que cette bouillie de rugby.» Voilà qui a le mérite d’être clair.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
neotaist Il y a 5 jours Le 13/09/2021 à 15:08

je serai lui, je démissionnerai car on ne transforme pas des ânes en chevaux de course et pour ça, le SUA en est plus que pourvu, ils peuvent changer d'entraineur, il y aura toujours une équipe de fin de pro d2 sur le pré, ce qu'il faut pour changer cela c'est trouver des sponsors sur un projet qui tiens la route et non pas essayer de jouer les gros quand on est petit, le rugby agenais est moribond et cette saison va en être le révélateur.