Lebreton et l’âme d’un Oyoman !

  • Gratteur exceptionnel, le troisième ligne oyoman Kévin Lebreton s’est parfaitement fondu dans le collectif de Joe El Abd. Photo Icon Sport
    Gratteur exceptionnel, le troisième ligne oyoman Kévin Lebreton s’est parfaitement fondu dans le collectif de Joe El Abd. Photo Icon Sport Icon Sport - Romain Biard
Publié le

Infatigable guerrier, redoutable gratteur, le troisième ligne arrivé en juillet dans l’Ain, a déjà séduit le public de Charles-Mathon.

Juger du niveau d’intégration d’un nouveau joueur après trois mois peut relever d’une certaine subjectivité… pas en ce qui concerne Kevin Lebreton arrivé en juillet dernier dans l’Ain en provenance de Rouen. Au soir du deuxième match de championnat, perdu face à Colomiers, la question avait trouvé sa réponse dans cette phrase du troisième ligne : « Le club voulait rendre hommage à son ancien président, Jean-Marc Manducher, en perdant nous avons gâché ce moment. Je ne l’ai pas connu mais je sais qu’il a beaucoup fait pour le club. »

 

Habitué au maintien


À Oyonnax, Kevin Lebreton a vite trouvé ses marques, mais malgré les qualités démontrées lors des cinq premiers matchs disputés sous son nouveau maillot (quatre comme titulaire), il ne se laisse pas griser. « Je ne pensais pas prendre autant de temps de jeu sur ce début de saison. J’en suis très heureux, mais à mon sens je ne suis pas encore un Oyoman. Pour le moment je m’applique à en respecter les valeurs. » Le redoutable gratteur ne devrait pas tarder à gagner ses galons d’Oyoman et franchir ainsi une première étape dans le cheminement qu’il s’est tracé. « Je suis venu à Oyonnax pour passer un cap, en regardant vers le haut. À 26 ans, je me retrouve à une période charnière de ma carrière et j’ai envie de goûter au Top 14. Je sais qu’avec Oyonnax je peux nourrir cette ambition. Le club a les moyens de jouer le haut de tableau. Sur notre début de saison, il y a de gros points positifs, à commencer par la qualité de notre défense. Mais il y a aussi certains détails à régler. Le plus dérangeant reste cette défaite concédée face à Colomiers, personnellement j’ai du mal à l’oublier. »
Après une première approche du rugby à Castelnaudary, c’est au Stade toulousain que Kevin Lebreton a fait ses classes, avant d’intégrer les rangs professionnels, en Pro D2, à Albi, Aurillac, Rouen et désormais Oyonnax. « Depuis le début de ma carrière j’ai surtout connu les luttes pour le maintien. À Oyonnax je me retrouve dans un autre contexte. Il y a de la pression par rapport aux résultats, mais elle n’est pas la même. Elle nous pousse à donner plus pour aller plus haut, sans la crainte du lendemain. »
Avec son profil spécifique de gratteur, le troisième ligne a trouvé sa place dans le jeu oyonnaxien : « Le rôle qui m’est attribué me convient parfaitement. C’est ce que je cherchais et je pense que c’est aussi ce que Joe El Abd attendait de moi. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?