Top 14 - À Brive, les Rochelais étaient les maîtres du sol

  • Top 14 - À Brive, les Rochelais étaient les maîtres du sol
    Top 14 - À Brive, les Rochelais étaient les maîtres du sol Midi Olympique - Aurélien Delandhuy - Midi Olympique - Aurélien Delandhuy
Publié le , mis à jour

Les Rochelais ont tardé à prendre le dessus. Mais ils ont totalement survolé la deuxième période. Leur supériorité au sol fut l’une des clés de leur victoire.

La Rochelle a rétabli la balance. Cette victoire à l’extérieur remet les Maritimes à un rang plus conforme à leur niveau réel. Ce succès in extremis, les Rochelais l’ont mérité, survolant totalement la deuxième mi-temps et, sans les échecs de leurs buteurs (Plisson et Dulin), ils auraient inscrit onze points de plus. Mais c’est vrai que leur essai décisif conclu en bout de ligne par Dulin et Retière a mis du temps à venir, d’où la sensation d’angoisse qui a longtemps prévalu. « Nous savions que Brive allait vendre chèrement sa peau mais on se doutait que si nous étions constants, les choses allaient s’ouvrir en fin de rencontre », détaillait Romain Carmignani, entraîneur adjoint. Comment expliquait-il cette différence entre les deux mi-temps ? « L’explication est physique. L’entrée d’Atonio a joué un rôle, notamment sur les ballons portés et les phases statiques. Les Brivistes y ont laissé des plumes, nous avons su en profiter. Mais le vrai tournant fut notre séquence défensive à treize contre quinze. Ils ont vraiment laissé des forces.»

Si à l’apport d’Atonio on ajoute la puissance naturelle du revenant Skelton, on comprend la mécanique du retour rochelais, la puissance était du côté charentais. Sur un plan plus technique, on a aussi remarqué la domination des Jaune et Noir dans le jeu au sol, avec une série de pénalités glanées notamment sur des grattages. «On travaille ça à l’entraînement pour ralentir les ballons, afin que notre défense ait le temps de se mettre en place.» Jonathan Danty allait un peu plus loin : « Cela a récompensé un gros travail de grattage. On savait que Brive avait de gros porteurs de balle pour attaquer la ligne d’avantage mais que les soutiens étaient parfois en retard.»

Le sang-froid des derniers instants

Excellent francophone, le Sud-Africain Wiaan Liebenberg s’est aussi exprimé là-dessus : « Honnêtement, nous avons d’abord tout fait pour que nos ballons soient propres. Mais il faut savoir que notre système défensif est ainsi fait que si on plaque bien et qu’on monte fort, on sait qu’il y aura des opportunités pour gratter. Tout part d’une bonne montée et d’une bonne organisation défensive. »

Le flanker rochelais faisait fi des quelques remarques sur le côté laborieux de la rencontre : « Aujourd’hui, ça fait vraiment du bien de l’emporter, surtout avec ces dix dernières minutes où nous avons maintenu Brive dans son camp, avec pas mal de sang-froid. C’est la clé des matchs serrés. Je voudrais dire que cette saison, à l’extérieur, nous avons toujours été dans les clous. Au Racing et à Clermont, nous avons montré de l’engagement et de l’ambition, il nous a juste manqué le résultat. Il n’y a qu’à Montpellier où nous n’y étions vraiment pas. » On comprend mieux le préambule qu’il avait mis à son intervention : « Aujourd’hui, on voulait gagner. Comment, avec combien de points, ce n’était pas l’objectif. »

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Jérôme Prévot
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?